/entertainment/movies
Navigation

Sophie Desmarais une actrice en confiance

Sophie Desmarais avec Andreas Apergis, son partenaire de jeu dans Gurov et Anna.
photo agence qmi, sébastien saint-jean Sophie Desmarais avec Andreas Apergis, son partenaire de jeu dans Gurov et Anna.

Coup d'oeil sur cet article

Sophie Desmarais avoue qu’elle avait des «angoisses» à l’idée de tourner les scènes de sexe de Gurov et Anna. Elle a accepté parce qu’elle avait une totale confiance envers le réalisateur Rafaël Ouellet. «À d’autres cinéastes, pour le même rôle, j’aurais pu dire non», affirme l’actrice de 28 ans.

Ce n’est pas la première fois que Sophie Desmarais se dévêtit au grand écran. Elle l’avait fait dans de brèves scènes dans Décharge et Chasse au Godard d’Abbittibbi.

Mais les ébats dans le scénario de Gurov et Anne, qui chronique la liaison adultère entre un professeur de littérature anglophone (joué par le Montréalais Andreas Apergis) et une étudiante (Desmarais), sont d’un autre ordre et s’avéraient beaucoup plus délicats à jouer.

Heureusement, soumet l’actrice, le cinéaste a su la rassurer et leur vision se rejoignait.

«Rafaël voulait que l’éros passe surtout par l’évocation, par les regards. J’étais d’accord. Je n’avais juste pas envie de me ramasser dans un film voyeur où tout à coup, le personnage féminin devient un accessoire à regarder. J’avais très peur de ça et je m’éloigne de ça. (...) Finalement, le tournage a été extraordinaire. J’ai bien connecté avec Andreas. On formait un trio très fort et on travaillait les scènes avec le plus de rigueur tout en laissant tomber des peurs.»

Recrutée bien avant Apergis pour jouer dans le film, Sophie Desmarais a même été consultée par Ouellet pour le choix de son partenaire, une attention qu’elle a appréciée.

«Il y a une personne pour lequel j’ai dit non et je me suis sentie mal. Mais j’avais vu des vidéos sur YouTube et il était vraiment très désagréable et je me disais que je ne serais jamais capable.»

« Tournons »

Rafaël Ouellet, qui tournait pour la première fois un film dont il n’avait pas écrit le scénario (signé Céleste Parr), raconte qu’il a tout fait pour protéger ses acteurs. Il a même coupé quelques scènes du script original.

«J’essayais de les rassurer. Pour Andreas, ce n’était pas évident parce qu’il tournait avec une fille plus jeune. Et ce sont deux personnes qui sont en couple. Sauf qu’à un moment donné, je me suis rendu compte que j’étais plus prude que mes acteurs. Après une prise ou deux, ils sont tombés dans un mode “on est ici pour le faire, alors tournons”.»

Ouellet, qui a fait ses devoirs en revoyant le classique Liaison fatale, avec Michael Douglas et Glenn Close, avant d’amorcer le tournage, se dit surpris que le film ait obtenu la cote 13 ans et + de la Régie du cinéma.

«Je m’attendais à 16 ans et + en raison des scènes intimes et du choix des mots», confesse-t-il.

En anglais

L’histoire de Gurov et Anna, qui réfère à la nouvelle La dame au petit chien, d’Anton Checkov, se déroule à Montréal et les dialogues sont majoritairement en anglais. Une belle occasion pour Desmarais, qui ira bientôt passer des auditions aux États-Unis, d’apprivoiser la langue de Shakespeare.

«Même si j’avais déjà eu deux scènes en anglais dans un film que j’avais tourné à 15 ans, on peut dire que c’est ma première fois. J’ai eu la chance de travailler avec la meilleure coach de Montréal, la même qui aide Karine Vanasse. C’était important pour moi d’avoir un regard extérieur étant donné que Rafaël n’est pas anglophone.»

De son côté, le cinéaste de Camion a bien aimé cette incursion en anglais. Aimerait-il tourner un film à 100 % anglophone? Oui, mais pas davantage qu’il souhaiterait tourner un film 100 % norvégien ou 100 % vietnamien.

«J’aimerais beaucoup aller travailler ailleurs et ce n’est pas Hollywood que j’ai dans la mire. Je ne dirais pas non. J’aimerais avoir une carrière de cinéaste similaire à la carrière d’actrice de Juliette Binoche, qui tourne dans plein de pays et dans plusieurs langues.»


Éric Bruneau et Marie Fugain, la fille du chanteur Michel Fugain, sont les autres vedettes de Gurov et Anna, qui prend l’affiche le 20 mars.

Le film avait été présenté en première mondiale au Festival international du film de Busan, en Corée du Sud, l’automne dernier.