/opinion/columnists
Navigation

Le cours manquant

Coup d'oeil sur cet article

Enfin, une idée! Parmi les lieux communs et les phrases creuses entendus: «faire de l’éducation la priorité», «outiller les jeunes». Le candidat à la chefferie du Parti québécois Bernard Drainville a émis une idée, hélas!, floue et vite laissée en plan.

Il veut réintroduire un cours d’économie au secondaire. Le cours vieillissant d’économie familiale a été troqué en secondaire V pour «Monde contemporain». Selon le manuel que j’ai vu, on y promeut quatre concepts à la mode: les droits et libertés, l’écologie salvatrice, les méchants riches et les braves pauvres, et les mouvements migratoires (vive la diversité culturelle!).

Jeunes mal outillés

Résultat: les jeunes qui vont au professionnel deviennent électriciens, soudeurs, plombiers, vont créer leurs entreprises, constituer le patronat laborieux du Québec sans notions civiques et financières de base. Ceux qui vont au cégep se retrouvent en appartement, avec un petit boulot, et ne comprennent ni leurs obligations locatives ni leurs talons de paie. Tous tombent dans le piège des cartes de crédit, des contrats de cellulaire et d’assurance. Ils découvrent sur le tas – et sur le tard – les règles sociales, la Justice et la politique.

Cela fait l’affaire du pouvoir. Des jeunes mal informés ne brouillent pas les jeux électoraux, ne troublent pas la zone de confort des élites. Car pour changer la vie, il faut la connaître!

Les jeunes repèrent très bien leurs carences, se savent mal outillés. En jasant avec quelques-uns, j’ai ébauché le cours manquant de leur cursus secondaire: le cours pratique d’économie et de vie en société.

Dommage que l’idée de Bernard Drainville s’arrête au vœu pieux et vague de celui qui vogue vers une défaite

Contenu du cours

On y voit les baux de location, les contrats de cellulaires, les cartes de crédit, les intérêts, les comptes de banque. On y calcule le véritable coût d’une voiture. On décode les acronymes d’un talon de paie. On remplit un rapport d’impôt et comprend à quoi cet argent sert. On explique la taxation municipale et scolaire, la TVQ, la TPS, les syndicats, les conventions collectives, la grève, le lock-out, les règles d’assemblée. Mais on comprend aussi les différents types de compagnies, leurs obligations, leurs droits, les normes du travail, la CSST, les assurances collectives, le travailleur autonome.

On planifie un budget, une épicerie, dans le respect d’une alimentation équilibrée. On apprend du bricolage de base: réparer une toilette (Martin Matte pourrait s’inscrire), un trou dans un mur, remplacer un interrupteur, vérifier l’huile d’une auto ou faire un survoltage.

On explique le système de justice, les différences entre les contraventions, les crimes, les poursuites civiles, les petites créances. On explore la loi de protection du consommateur. On distingue les 3 paliers de gouvernements, ce que chacun décide et les différences entre un conseiller, un maire, un député, un ministre, les différents partis.

Il remplacerait très bien en secondaire V la onzième mouture de la barbante «Éthique et culture religieuse», et les préparerait à la vie démocratique. Gageons que des adultes voudront le suivre!

Dommage que l’idée de Bernard Drainville s’arrête au vœu pieux et vague de celui qui vogue vers une défaite, bien loin du pouvoir!

*****

Vous désirez réagir à cette chronique dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .