/lifestyle/books
Navigation

Le passé franc-maçonnique du Témiscamingue

Sylvie Brien
Photo courtoisie Sylvie Brien, auteure

Coup d'oeil sur cet article

ROUYN-NORANDA | À première vue, L’Homme de Ki est un roman. Mais les découvertes historiques dont fait état l’auteure sont à tel point troublantes que le lecteur en sort ébranlé dans ses certitudes.

L’auteure Sylvie Brien avoue elle-même avoir été très étonnée de ses découvertes sur le passé franc-maçonnique de la petite municipalité de Ville-Marie, au Témiscamingue. Les francs-maçons sont une société secrète réputée pour conserver un mystère important de l’humanité.

«Le secret serait conservé par la branche écossaise des francs-maçons. Or, c’est cette branche qui était présente à Ville-Marie, au tout début de la municipalité vers 1850. C’est ça qui est troublant puisque lorsque les francs-maçons se sont installés au Témiscamingue, il n’y avait rien. Seulement un poste de traite des fourrures et des Jésuites», a indiqué Mme Brien.

On retrouve à Ville-Marie un cimetière franc-maçonnique ainsi que trois tombes de forme pyramidale alignées avec le solstice et l’équinoxe, comme la pyramide de Gizeh en Égypte. Mais ce qui a vraiment convaincu la romancière que quelque chose de très étrange avait eu lieu à Ville-Marie est la découverte d’une grotte à trièdre et à angle droit.

«Je pense que cette grotte fabriquée par l’Homme est beaucoup plus ancienne que l’on croit. C’était déjà un site sacré pour les autochtones avant l’arrivée des Blancs. De plus, les écrits du Chevalier de Troyes nous apprennent que la mine Wright près du lac Témiscamingue était déjà en production avant l’arrivée des Blancs», a raconté Mme Brien.

C’est avec ces éléments historiques en toile de fond que Jon Britt, un musicien populaire de passage à Ville-Marie, se lancera dans la recherche d’un secret jalousement gardé depuis des millénaires qui émane du fond de la mine.

Une trilogie

L’Homme de Ki est le premier tome d’une trilogie qui lèvera le voile sur d’autres mystères franc-maçonniques au Québec. «L’histoire officielle n’est pas toujours la réalité. C’est toujours les vainqueurs qui écrivent l’histoire. J’ai fait des découvertes étonnantes dans des livres très anciens», a indiqué Mme Brien.

L’Homme de Ki est publié chez Perro Éditeur.

*****

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .