/news/politics
Navigation

Terrorisme: les Canadiens manifestent contre le projet de loi C-51

Terrorisme: les Canadiens manifestent contre le projet de loi C-51
Chris Procaylo/Winnipeg Sun/QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Plusieurs milliers de Canadiens ont manifesté samedi contre le projet de loi antiterroriste C-51 que le gouvernement conservateur tente de faire adopter.

Une cinquantaine de manifestations étaient prévues à travers le pays pour cette «journée nationale d’action» afin de protester contre la volonté du gouvernement fédéral d’adopter un projet de loi qualifié «d’imprudent, de dangereux et d’inefficace» par une coalition incluant des groupes de défense À l’Action et OpenMedia.ca.

À Montréal, une centaine de personnes sont arrivées au parc Jarry, lieu du rassemblement, et devaient se déplacer vers les bureaux du chef libéral Justin Trudeau afin de lui demander de modifier sa position sur le projet de loi.

«Nous ne sommes pas prêts à tronquer nos libertés civiles pour plus de surveillance et d’intrusion dans notre vie privée, a indiqué Andrés Fontecilla, président de Québec solidaire. Ces mesures peuvent amener à des dérives sécuritaires qui sont à l’encontre des valeurs de notre pays démocratique. M. Trudeau a une position électoraliste dans ce dossier.»

Dans d’autres villes canadiennes, des manifestations similaires ont eu lieu, notamment à Ottawa, Moncton, Winnipeg et Toronto.

Des centaines de personnes se sont également réunies pour l’occasion au square Nathan-Phillips, devant l’hôtel de ville de Toronto. Plusieurs orateurs, dont la chef du Parti vert, Elisabeth May, ont fait part de leurs inquiétudes.

L’avocat des droits de la personne, Paul Copeland, a qualifié le projet de loi C-51 de plus «dangereuse législation» depuis la Loi sur les mesures de guerre proclamée en 1970. Selon lui, il s’agit d’une manœuvre purement électorale du premier ministre Stephen Harper.

Des militantes autochtones, notamment du mouvement «Idle No More», ont aussi joint leur voix. Une d’elles, l’aînée Pauline Shirt, a souligné que la Journée nationale d’action de samedi était une occasion pour les Canadiens de protéger leurs droits, précisant que le projet de loi violait particulièrement les droits des Autochtones.

Le controversé projet de loi antiterroriste a pour objectif d’accorder des pouvoirs supplémentaires au Service canadien du renseignement de sécurité et à la Gendarmerie royale du Canada dans les cas de menaces terroristes.

Selon l’opposition officielle néo-démocrate et les organismes de défense des libertés publiques, il porterait toutefois atteinte à la liberté et à la vie privée des Canadiens.

De son côté, le gouvernement conservateur a indiqué que cette loi permettrait de combler de «sérieux vides» dans la législation actuelle au moment où le risque d’actes terroristes augmente au Canada.

Le projet de loi C-51 a été longuement débattu cette semaine durant la période de questions et lors du Comité de surveillance des activités de renseignements de sécurité à la Chambre des communes.

*****

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .