/lifestyle/techno
Navigation

Un ordinateur arrivera-t-il un jour à reproduire parfaitement une toile célèbre?

Parmi les 100 tableaux analysés, le programme informatique a réussi à identifier correctement les tableaux authentiques de Pollock dans 93% des cas.
Capture d'écran, National Gallery of Art Parmi les 100 tableaux analysés, le programme informatique a réussi à identifier correctement les tableaux authentiques de Pollock dans 93% des cas.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir découvert des motifs répétitifs dans les toiles du peintre Jackson Pollock, le physicien Richard Taylor a prédit, en 1999, que des programmes informatiques réussiraient à reconnaître le coup de pinceau d’un peintre et à différencier un vrai tableau d’une imitation.

Après avoir découvert des motifs répétitifs dans les toiles du peintre Jackson Pollock, le physicien Richard Taylor a prédit, en 1999, que des programmes informatiques réussiraient à reconnaître le coup de pinceau d’un peintre et à différencier un vrai tableau d’une imitation.

La prédiction du physicien de l’université de l’Oregon n’était finalement pas si farfelue. Une équipe de chercheurs en informatique, dirigée par Lior Shamir, a effectivement découvert que des algorithmes étaient capables de discerner les motifs répétitifs – des fractales – dans une toile.

Comme le rapporte The Atlantic, parmi les 100 tableaux analysés (dont 26 Pollock), le programme informatique a réussi à identifier correctement les tableaux authentiques de Pollock dans 93% des cas.

Comment les chercheurs s’y sont-ils pris? Les peintures ont d’abord été numérisées, puis divisées en 16 segments. L’ordinateur a ensuite analysé les peintures, segment par segment, et il a déterminé si les fractales correspondaient à celles présentes dans les tableaux de Pollock.

De toutes nouvelles questions

Ces découvertes soulèvent de toutes nouvelles questions pour le monde de l’art. Si un programme informatique est capable de reconnaître ce qui distingue le coup de pinceau de Jean-Paul Riopelle, un autre programme pourrait-il peindre un faux Riopelle à ce point réussi qu’il serait indétectable? C’est précisément ce à quoi a tenté de répondre The Atlantic.

Parmi les 100 tableaux analysés, le programme informatique a réussi à identifier correctement les tableaux authentiques de Pollock dans 93% des cas.
Capture d'écran, Wikipedia

 

Lior Shamir est d’ailleurs convaincu que les ordinateurs pourront un jour créer des œuvres que l’on ne pourra pas distinguer de celles créées à la main. À ceux qui en doutent, il répond que, dans les années 60, un tel scepticisme avait accueilli l’idée selon laquelle un ordinateur pourrait un jour battre un humain aux échecs.

Si le programme a réussi à détecter la plupart des toiles de Pollock, certains observateurs, comme le mathématicien Daniel Rockmore avec qui The Atlantic s’est entretenu, considèrent que les ordinateurs sont bien loin de pouvoir reproduire une œuvre d’art. Ce n’est pas parce qu’un ordinateur est capable de reconnaître quelque chose qu’il est en mesure de la reproduire.

Comme l’explique Daniel Rockmore, même si un programme informatique est en mesure de détecter que le pronom «le» représente 2% des mots utilisés par Georges Orwell dans ses œuvres, le programme ne serait pas pour autant capable de réécrire 1984 ou La ferme des animaux.

Les ordinateurs sont capables de créer des œuvres numériques susceptibles de passer pour des originaux... Mais en passant de l’écran au chevalet et des pixels à la peinture, l’histoire se complique significativement.

*****

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .