/sports/others
Navigation

Les portes toujours ouvertes à Laval

L’université veut organiser d’autres championnats

Les Lancers célébrant leur cinquième titre canadien de suite, hier, au PEPS.
Photo daniel mallard Les Lancers célébrant leur cinquième titre canadien de suite, hier, au PEPS.

Coup d'oeil sur cet article

Les amateurs de sport universitaire de la région sont gâtés puisque chaque année, le Rouge et Or est l’hôte d’au moins un championnat canadien.

Seulement cette année, l’Université Laval a reçu le championnat de soccer féminin et celui de basketball féminin.

Gilles Lépine, directeur adjoint des activités sportives à l’Université Laval, aime recevoir l’élite canadienne à Québec.

«Un des plus beaux compliments que nous avons eu de la part des représentants du sport interuniversitaire canadien a été que le mot se passe. C’est-à-dire que tenir un championnat canadien à Laval, ce n’est jamais inquiétant.»

M. Lépine estime que le championnat de basket féminin a été un succès sur toute la ligne. Pour qu’il ait été parfait, il aurait fallu que le Rouge et Or atteigne la finale. Au moins, les Martlets de McGill ont représenté le Québec dans la partie ultime face aux Lancers de Windsor.

Financement

Plusieurs raisons poussent l’Université Laval à poser sa candidature pour recevoir des championnats nationaux année après année.

«Ça peut devenir du financement pour le club, un beau rayonnement pour l’Université Laval, et nous avons développé une expertise. C’est aussi une belle injection d’adrénaline», plaide M. Lépine.

«On sort épuisé de ces championnats, mais on sent que tout le monde est content de terminer sur une bonne note, avec une belle tape sur l’épaule. En fin de compte, la rentabilité est à plusieurs endroits.»

Football et natation

Le Rouge et Or présentera la Coupe Vanier, à l’automne, et les championnats de natation, à l’hiver.

«Il semble que Calgary et nous soyons les deux universités qui reçoivent le plus au Canada. Lorsque les nouvelles facilitées ont été livrées, la première chose que nous voulions était le championnat de basketball féminin», poursuit M. Lépine.

«Avec la piscine que nous possédons, celui de natation se voulait la deuxième étape. Nous pouvons recevoir autant en corridors de 25 mètres que de 50 mètres, comme c’est désormais la règle. Nous recevrons à nouveau la Coupe Vanier, mais en terme de préparation, c’est l’équivalent de quatre ou cinq championnats.»

M. Lépine voit au-delà de 2016 puisque Laval songe à poser sa candidature pour l’obtention des championnats de cross-country ainsi que de volleyball masculin et féminin.