/sports/hockey
Navigation

«On en fait un trop gros plat»

Marcel Aubut ne s’en fait pas pour les Panthers

SPO-HKO-HKN-COLUMBUS-BLUE-JACKETS-V-FLORIDA-PANTHERS
AFP Marcel Aubut estime que l’avenir des Panthers est en Floride malgré les bancs vides.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la saison, les Panthers de la Floride défraient la manchette au Québec en raison de leurs faibles foules.

Avant la rencontre de mardi face au Canadien, les Panthers logeaient au dernier rang du circuit Bettman avec une moyenne officielle de 10 791 spectateurs. Depuis leur entrée dans la LNH, en 1993-1994, il s’agit de leur pire saison aux guichets.

Ex-président des Nordiques, Me Marcel Aubut estime toutefois que la LNH, du moins à court terme, ne s’en fait pas avec l’indifférence des amateurs de la Floride.

«On en fait un trop gros plat (au Québec). Ce que la LNH veut est du long terme. Elle ne s’inquiètera pas des faibles assistances en Floride pour une seule année, ou encore quelques-unes. Si les dirigeants voient de l’espoir, ils seront patients. On ne peut pas en faire des gros plats à chaque fois. La ligue a un programme et elle va le suivre.»

En 2012-2013 et en 2011-2012, les Panthers ont connu deux de leurs meilleures campagnes aux guichets avec des moyennes de 16 992 et 16 628 spectateurs respectivement. Leur meilleure saison s’est avérée 1998-1999 avec 18 493 amateurs.

Patience, silence et 675 M$

Me Aubut a répété que la population de Québec espérant le retour des Nordiques doit s’armer de patience.

«Il faut faire comme Winnipeg. C’est-à-dire être patient et ne pas trop parler. Dans le cas de Winnipeg, ça s’est décidé en seulement 24 heures, car il n’y avait plus de ressources à Atlanta. À ce moment, la LNH a appelé et a dit qu’elle était prête à leur donner un club. On peut donc espérer la même chose.»

L’obtention d’une équipe d’expansion ne semble pas une avenue viable à Québec. Une telle équipe coûterait près de 675 millions $, a indiqué une source à la chaîne TVA Sports.

Las Vegas

Le président de la Fondation Nordiques n’a pas voulu partager ses états d’âme quant à la possibilité de voir Las Vegas faire éventuellement son entrée dans la LNH.

«On va attendre le résultat de leur campagne avant de se prononcer», a-t-il simplement émis.

J.O.

Dans un autre ordre d’idée, celui qui est aussi président du Comité olympique canadien a participé à une conférence téléphonique, en matinée

«Dites-vous bien une chose, les Brésiliens feront aussi bien (pour les Jeux olympiques) que la Coupe du monde de soccer.»

Avec la collaboration de l’Agence QMI