/investigations/techno
Navigation

La RAMQ réplique aux allégations de la CAQ

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Soupçonnée par la CAQ d’avoir truqué un appel d’offres pour avantager un seul fournisseur, la Régie de l’Assurance maladie du Québec a tenu à réfuter les allégations.

Dans les documents de cet appel d’offres concernant un achat en télécommunication, la RAMQ prévoit que si une entreprise veut soumissionner avec de l’équipement autre que Cisco, le coût d’impact sera de 197 000$.

Pour un contrat de moins d’un million de dollars, cela devient un obstacle important pour les fournisseurs équivalents à Cisco. Et selon la CAQ, cette augmentation est «arbitraire».

«Allo la concurrence», s’est exclamé Éric Caire, qui soutient avoir comparé cet appel d’offres avec d’autres, «de même nature», qui ne prévoyaient aucun coût d’impact.

La porte-parole de la RAMQ, Caroline Dupont, réplique que l’organisme a «appliqué à la lettre les règles édictées le Conseil du trésor et que l’inclusion de coûts d’impact dans les appels d’offre est une mesure qui est prévue et demandée par le Conseil du trésor».

Elle signale que les coûts d’impact sont ajoutés «par souci de transparence».

L’équipement déjà en place à la RAMQ est de marque Cisco, montrent les documents d’appel d’offres. Des équipements d’une nouvelle marque doivent donc cohabiter avec les équipements en place, ce qui engendre des coûts additionnels pour les équivalents à Cisco, témoigne les mêmes documents.

L’ampleur des coûts d’impacts réside notamment dans le changement de fonctionnalité et dans les coûts de formation que provoquerait un changement de fournisseur, selon la RAMQ.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.