/news/society
Navigation

Ils partagent leur lit avec une machine pas trop sexy

apnée du sommeil
Photo courtoisie, Caroline Lepage L'appareil n'empêche pas Jessica Beauregard et Éric Desaulniers de se donner un baiser avant de dormir.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Les gens dont le conjoint souffre d’apnée du sommeil ont parfois l’impression de dormir aux côtés de Darth Vador.

L’annonce d’un diagnostic d’apnée du sommeil est souvent un choc pour l’intimité des couples qui, du jour au lendemain, doivent partager leur lit avec un appareil pas trop sexy.

La lune de miel de Jessica Beauregard et Éric Desaulniers a été de courte durée. Le conjoint, qui souffre d’apnée du sommeil, a attendu quelques nuits avant de dormir en compagnie de sa partenaire, avec l’appareil qui limite ses arrêts respiratoires durant la nuit.

Lorsque le couple a finalement intégré la fameuse «machine» au lit, il en a ri. «Avec son masque, Éric avait l’air de Darth Vador, dans Stars War», raconte Mme Beauregard. C’est avec humour que les amoureux ont dédramatisé la situation.

Toutefois, le couple respecte une règle d’or: se donner un bisou avant l’installation du fameux masque, devenu indispensable.

Aujourd’hui, Mme Beauregard n’hésite pas à réveiller son amoureux s’il s’endort sans son appareil. «Il est vraiment plus «bougonneux» et irritable le lendemain lorsqu’il l’oublie», constate-t-elle.

Même à l’étranger, le couple apporte la «machine». «La première chose que l’on fait en entrant dans la chambre d’hôtel est de repérer les prises électriques près du lit pour savoir où brancher l’appareil. C’est devenu un automatisme», ajoute-t-elle.

L’apnée du sommeil est un trouble qui fait que les gens cessent momentanément de respirer pendant leur sommeil. Dans les cas extrêmes, ça peut même mener à la mort. Les gens atteints ont souvent de puissants ronflements.

Elle croyait mourir

«Plusieurs disent que cette machine a sauvé leur couple», rapporte Lyne Pailleur, fondatrice de l’Association de l’apnée du sommeil, dont le siège social est situé à Drummondville.

Entre l’appareil et les ronflements bruyants propres aux gens atteints d’apnée du sommeil, la première option l’emporte souvent.

Il reste que Mme Pailleur a mal réagi quand elle a su qu’elle souffrait de cette maladie.

«J’étais célibataire. Je voulais mourir. Je croyais que ma vie personnelle était finie et que plus personne ne voudrait de moi», se souvient-elle.

Depuis, elle a développé des trucs qu’elle transmet aux membres de l’Association qui vivent ce découragement.

Même le maire de Montréal, Denis Coderre, nouvellement diagnostiqué, trouve que l’intégration de l’appareil dans sa vie de couple est peu romantique.

Pour apprendre à rire de cette réalité, les membres de l’Association assisteront, le 3 avril, au Manu show d’Emmanuel Bilodeau, qui comprend des numéros d’humour sur l’apnée du sommeil.

«Quand j’ai vu qu’il mettait un masque sur scène et qu’il se comparait à Tom Cruise, le pilote d’avion dans Top Gun, j’ai trouvé ça génial», s’exclame-t-elle.