/lifestyle/food
Navigation

Les conditions gagnantes

Les conditions gagnantes
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

De l’Allemagne à la Grande-Bretagne, de la Belgique aux États-Unis, la bonne chère s’est souvent trouvée agencée à la bonne bière. Dans certains de ces pays, il est presque difficile de trouver un pub ou un café pourvu d’une riche carte des bières sans une offre de victuailles digne de ce nom.

Pourtant, au Québec, les brouepubs, ces établissements fabriquant et servant des bières brassées sur place, offrent majoritairement un menu très limité, voire inexistant. Les burgers, paninis et pizzas sont encore la norme. Certains de ces mets sont bien exécutés, mais quand on propose une expérience brassicole mémorable, ne serait-il pas approprié de la compléter plus fréquemment par un menu de qualité comparable ?

Bien souvent, les projets de brouepubs tirent leur origine de la passion pour la bière de leurs instigateurs. On peut aisément comprendre que de s’attaquer au compétitif milieu de la restauration n’est pas à la portée de tous les projets. Plusieurs s’avèrent donc avant tout des bars, ce qui est tout à fait louable, évidemment. Cependant, de nombreux autres offrent un menu banal, destiné davantage à conserver entre les murs les clients dont l’estomac gargouille qu’à honorer la qualité des bières en résidence.

Excellence

On ne peut exceller dans tous les domaines et loin de nous l’idée de suggérer d’amoindrir la focalisation principale sur la qualité de la bière. Cependant, il existe certains brouepubs qui parviennent à atteindre l’excellence gastronomique tant du point de vue liquide que solide. Et ces champions de l’expérience brassicole holistique méritent toute notre admiration. Mentionnons notamment le Trou du Diable, à Shawinigan, dont l’ensemble de l’œuvre en cuisine tient tête à celle non moins méritoire qui sort des cuves. Idem au Temps d’une Pinte, brouepub de Trois-Rivières, qui propose quelques plats de type bistro en rotation qui, selon notre expérience, valent un long détour. À Victoriaville, l’Hermite évolue dans des plates-bandes différentes, mais tout aussi louables. Un menu simple, mais impeccablement rendu, faisant hommage aux ingrédients locaux de qualité qui composent les mets. Ces endroits, en plus de produire leurs propres bières, comptent carrément parmi les bons restaurants de leurs villes respectives.

Vivement la prolifération de tels temples du bon goût, car en plus de nous offrir des expériences brassicoles à plusieurs dimensions, ils parviennent aussi à renforcer la pertinence de la bonne bière à table. Ce faisant, ils créent aussi l’environnement optimal pour convaincre vos amis foodies qui tardent à se laisser séduire par la bonne bière québécoise. Vous les conquerrez d’abord par la nourriture.

♦ David Lévesque Gendron et Martin Thibault sont les auteurs de Les saveurs gastronomiques de la bière (Druide, 2013), sacré meilleur livre sur la bière aux Gourmand Awards, gagnant du premier prix littéraire Mondial de la Bière, gagnant d’une médaille d’or au concours des livres culinaires canadiens de Taste Canada et en nomination pour le prix Marcel Couture.

 


Quelques coups de cœur parmi les plats offerts dans des microbrasseries

 
Les acras de morue de l’Amère à Boire,
à Montréal
Les conditions gagnantes
Photo courtoisie

À prendre avec une Cerna Hora ou une Montréal Hell.

 


La Poutiflette, du Brouhaha,
à Montréal
Les conditions gagnantes
Photo courtoisie

À prendre avec une des quatre ou cinq bières maison brassées ailleurs ou se faire conseiller parmi la douzaine de fûts ornementés de bières québécoises de grand calibre.

 


Le Fish & Chips du Siboire,
succursale Dépôt à Sherbrooke
Les conditions gagnantes
Photo courtoisie

À prendre avec une Capricieuse ou une Trip d’Automne III.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.