/news/currentevents
Navigation

Mario Tremblay aurait tenté d’utiliser son nom lors de son arrestation pour alcool au volant

Mario Tremblay
Photo le Journal de Montréal, Martin Alarie Le chroniqueur hockey Mario Tremblay a dû se rendre en cour municipale pour répondre d'une accusation de conduite avec les facultés affaiblies et refus de fournir un échantillon d’haleine.

Coup d'oeil sur cet article

Le chroniqueur et ancien hockeyeur Mario Tremblay aurait tenté de se servir de son nom pour influencer le policier qui l’arrêtait pour alcool au volant, avant de l’insulter en critiquant son jugement, le comparant à «PK Subban».

«Tu ne peux pas me faire ça. Je suis Mario Tremblay», aurait-il lancé à un policier le 25 janvier 2013.

Le «Bleuet» venait alors d’être intercepté alors qu’il roulait à 79 km/h dans une zone de 50 sur la montée Masson à Mascouche. Le patrouilleur a aussitôt remarqué que, même s’il mâchait de la gomme, une odeur d’alcool s’échappait de son haleine.

L’ancien entraîneur du Canadien aurait alors tenté de se servir de son nom pour éviter une contravention, selon l’agent Maxime Perron de la police de Mascouche. Ce dernier a témoigné hier lors d’une audience en marge du procès de Tremblay, accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de refus de fournir un échantillon d’haleine.

«Mets-moi les menottes»

Peu après avoir intercepté Mario Tremblay, le policier aurait demandé sur les ondes radio qu’on lui apporte un appareil de détection de l'alcool.

«Si tu me fais souffler, je ne passe pas. Tu as le choix d’être correct ou d’être méchant», aurait-il dit au patrouilleur, refusant de souffler dans l’ivressomètre.

Le policier dit avoir insisté.

«Envoye, mets-moi les menottes», aurait répliqué le chroniqueur de l’Antichambre.

Il aurait tendu ses poignets, sans que le policier ne le menotte. Tremblay aurait aussi demandé plus d’une fois à parler à un avocat, en vain. Lorsque l’agent a voulu une ultime fois s’assurer que l’ex-hockeyeur avait bien compris les conséquences de ne pas obtempérer, ce dernier aurait gardé le silence.

«Avec ses doigts, il a fait un signe de zipper sur sa bouche, comme pour dire qu’il ne parlera pas», a expliqué l’agent Perron.

Droits violés

Le policier a alors procédé à son arrestation, puis l’ancien commentateur de La Soirée du hockey se serait mis à l’insulter, l’accusant notamment d’être «fier» d’avoir arrêté une «personnalité publique».

«Il m’a comparé à des joueurs de hockey, [disant] que je suis comme “un PK Subban”, que je n’ai pas de jugement et que je suis bête», a raconté le policier qui est ensuite allé le reconduire chez lui.

La défense conteste que les témoignages du policier Perron et de ceux qui ont participé à son arrestation soient présentés en preuve au procès de Tremblay. Ce dernier a en effet déposé une requête pour que la preuve soit écartée, alléguant que ses droits ont été violés lors de l’intervention. Il reproche qu’on lui ait refusé d’appeler un avocat et qu’il y ait eu un délai «trop long» avant qu’on lui ordonne de souffler, a indiqué Me Jean Cordeau.

Le juge Claude Lemire rendra sa décision sur la requête dans les prochaines semaines.


Ce qu’aurait dit Mario Tremblay à l’agent Maxime Perron, lors de son arrestation:

  • «Je te l’ai dit tantôt. Si je souffle, je ne passe pas.»
  • «Donne-moi tout ce que tu veux... Je reste en haut de la côte.»
  • «Amène-moi au poste. Je vais appeler mon avocat. Je ne souffle pas.»
  • «Ça aurait pu être simple, mais tu as voulu faire ça compliqué. Je suis à 1000 pieds de chez nous. Tu es fier d’avoir pogné une personnalité publique. Tu n’as pas de jugement.»
  • «Je vais payer 1000 $ et ça va être réglé.»
  • «Tu me fais vraiment pitié. On va se revoir en cour mon p’tit gars. Moi aussi je prends des notes sur toi.»

Ce que l’agent Maxime Perron a dit à la Cour:

  • «Il s’est approché de moi et il m’a parlé proche de mon visage. Je sentais son odeur d’alcool.»
  • «Il était nerveux, c’était perceptible.»
  • «Je voyais qu’il pensait à ce qu’il allait dire pendant qu’il me parlait.»
  • «À aucun moment, il ne m’a laissé croire qu’il soufflerait. Il était agité.»
  • «Je savais qui il était. Je l’avais déjà vu à la télévision quelques fois, mais sans plus.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.