/misc
Navigation

Pour améliorer le jeu

Ce serait une bonne chose si un entraîneur avait la possibilité de  contester une décision concernant de l’obstruction faite envers son gardien.
photo d’archives Ce serait une bonne chose si un entraîneur avait la possibilité de contester une décision concernant de l’obstruction faite envers son gardien.

Coup d'oeil sur cet article

Les nouvelles propositions pour améliorer la qualité du jeu, qui devront être débattues et seront peut-être adoptées par les directeurs généraux, me plaisent.

  • Les entraîneurs auront au moins l’occasion de contester une décision.
  • Les gardiens seront avantagés!!!
  • Éviter les longs moments à attendre la décision de Toronto.

J’aime bien ce règlement suivant lequel l’entraîneur pourra contester une décision relativement à l’obstruction envers le gardien. Il est temps que les pilotes puissent s’exprimer et aussi avoir un certain pouvoir sur les décisions rendues par les officiels. Loin de moi l’idée de blâmer les arbitres, qui font un travail exceptionnel dans les circonstances.

Les officiels doivent maintenant composer avec des joueurs plus imposants, plus rapides, avec des gardiens plus habiles que jamais. Bref, le hockey a bien changé au fil des ans et les arbitres doivent se familiariser avec des changements au niveau des règlements à chaque saison.

Une bonne chose

C’est pourquoi je pense que l’arbitre, en visionnant lui-même le jeu contesté par l’entraîneur, pourra avoir une meilleure idée de l’action survenue quelques secondes auparavant.

Et il y a la nouvelle formule proposée pour la période de prolongation.

Suis-je en faveur des tirs de barrage? Le hockey étant un sport d’équipe, c’est évident que je préfère qu’un match se décide selon les règlements en vigueur lors des trois premières périodes. Bon, je reconnais cependant qu’une période de prolongation de quatre contre quatre et de trois contre trois a connu des résultats concluants dans la Ligue américaine.

Ce que désire le consommateur

Il y a cependant un petit hic. À quatre contre quatre, il y a très peu d’arrêts de jeu. Je doute fort qu’on puisse appliquer à la lettre la formule de quatre contre quatre pour quatre minutes et de trois contre trois pour trois minutes.

Supposons qu’après quatre minutes, le jeu se poursuit toujours, donc il n’est pas question de stopper l’action. Il faut continuer à quatre contre quatre. Je suis persuadé que l’Association des joueurs étudiera attentivement cette proposition. Pour l’amateur de hockey, il est évident qu’une telle formule favorisera les joueurs étoiles, et c’est ce que désire le consommateur.

Imaginez Jonathan Toews, Patrick Kane et Duncan Keith face à Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang. Imaginez Alex Ovechkin, Nicklas Backstrom et John Carlson face à Tyler Johnson, Steven Stamkos et Victor Hedman.

Et imaginez un gardien capable d’effectuer des passes précises, quel avantage pour son équipe à trois contre trois...

Favoriser l’attaque

Entre-temps, on n’a toujours pas trouvé une solution pour améliorer l’attaque face à des gardiens on ne peut plus dominants. Plusieurs théories ont été avancées, notamment celle où un joueur devrait purger une pénalité pour deux minutes et demeurer au banc même si l’adversaire marque.

J’aimerais bien la formule selon laquelle une équipe travaillant en infériorité numérique ne pourrait dégager jusqu’à l’autre bout de la patinoire. Elle pourrait toujours le faire, mais cela occasionnerait un dégagement refusé, donc mise en jeu dans son territoire. Cette formule, jumelée à la suggestion de Ron Francis, qui propose que le joueur invité à travailler sur la mise en jeu dans son territoire doive déposer son bâton sur la surface de jeu avant le joueur adverse, est intéressante. On pourrait jumeler les deux règlements et je suis convaincu qu’on obtiendrait des résultats concluants.

Il faut trouver des solutions... Le champion pointeur de la Ligue nationale ne franchira pas le cap des 100 points. Peut-être pas celui des 90 points. C’est insensé!


Quelle remontée

Erik Karlsson
photo courtoisie
Erik Karlsson

Les Jets de Winnipeg et les Sénateurs d’Ottawa m’impressionnent.

Les Sénateurs connaissent une séquence remarquable et les meilleurs joueurs de l’équipe tirent tous dans la même direction, sûrement inspirés par le gardien Andrew Hammond et par le défenseur Erik Karlsson, un joueur transformé depuis le retour de Marc Méthot.

Par ailleurs, on croyait que les Jets ne pourraient combler la perte de Dustin Byfuglien, de Brian Little et de Mathieu Perreault, or Tyler Myers joue comme il l’avait fait lors de sa première saison dans la Ligue nationale et Drew Stafford a retrouvé la forme avec sa nouvelle équipe.

Les Jets, comme je vous l’ai précisé en quelques occasions, sont imposants, et des joueurs comme Blake Wheeler et Andrew Ladd ont vraiment élevé leur jeu d’un cran.