/lifestyle/food
Navigation

Retour dans le Piémont

Coup d'oeil sur cet article

Même quand il pleut sans arrêt et que le sol dans les vignes n’est qu’un fond gluant de boue, même quand le paysage est embué en permanence par un brouillard tenace et compact, même quand les vignes et les arbres ont perdu leurs feuilles et montrent leurs bras et leurs corps décharnés, le Piémont est toujours d’une beauté émouvante.

C’était l’automne dernier, alors que j’avais été invité par l’ICE, la délégation commerciale d’Italie, à visiter la région avec d’autres journalistes canadiens.

Nous n’avions pas besoin de cours d’italien pour comprendre parfaitement pourquoi le Nebbiolo, le grand cépage du Piémont (et le cépage unique du barolo et du barbaresco) a une parenté syntaxique avec le mot nebbia, qui évoque justement le brouillard, la brume.

Or j’ai eu la chance également, ces dernières années, d’aller dans le Piémont en juin. Et la beauté émouvante de ce paysage en automne devient absolument lumineuse en été.

Aussi allait-il dans l’ordre des choses que l’UNESCO en vienne à désigner ce paysage vitivinicole comme faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité.

Ce paysage, situé au sud du Piémont, c’est plus précisément celui des Langhe-Roero et Monferrato, lequel comprend évidemment les zones du barolo et du barbaresco, autour de la ville d’Alba.

Civilisation

«Les paysages culturels du Piémont apportent un témoignage vivant exceptionnel de traditions viticoles et vinicoles qui viennent d’une longue histoire», a dit l’UNESCO.

Et de fait, on y a identifié des pollens de vignes qui remontent au Ve siècle av. J-C.

Sous les Romains, la région a été reconnue comme étant l’une des plus favorables à la culture de la vigne.

«Quand on plante une vigne, on se marie avec la terre. Les Romains sont venus ici et ils ont planté de la vigne, ce qui signifiait qu’ils étaient ici pour rester», racontait, Sandro Minella, conseiller en vin pour la région du Piémont.

«Dans cette région, tout est relié au vin.»

Cépages

Je l’ai dit, le Nebbiolo est le cépage roi du Piémont. Mais il n’est évidemment pas le seul.

Les plus traditionnels et les plus connus sont le Dolcetto; dans le Piémont, c’est le vin que l’on vinifie en premier.

«Le Dolcetto n’est pas aristocratique, mais on se sent à la maison avec lui. C’est un vin qui permet d’engranger les premières entrées d’argent du millésime, donc donne la possibilité de faire du vin qui demande plus de temps», précisait M. Minella. Comme le Nebbiolo, justement.

Puis il y a le Barbera, une variété qui est cultivée dans le Piémont depuis le 12e siècle. Lorsqu’il est bien fait, on dit volontiers dans la région qu’il peut vieillir presque aussi longtemps que le barolo.

Je reviendrai prochainement sur le Nebbiolo.

J’ai mis sur notre blogue Méchants Raisins quelques photos de cette merveilleuse région du Piémont.


Dégustation

♦ Raimonda 2012, Barbera d’Alba, Fontanafredda (17,45 $ - en solde à 14,95 $): le nez est simple, mais la bouche est plus intéressante: fraîche, plutôt légère; ça descend bien sur une pizza, si on ne veut pas se la jouer compliquée.

♦ Le Orme 2011, Barbera d’Asti Superiore, Michel Chiarlo (16,45 $ - en solde à 14,45 $): nez simple, mais agréable, discrètes notes de réglisse: la bouche est fraîche, coulante, digeste.

♦ Dolcetto d’Alba 2012, Paolo Scavino (21,15 $): très joli nez avec des nuances florales; bouche plaisante, facile à boire, encore que le vin ait de la structure; c’est frais, délicieux, impeccable.

♦ Barbaresco 2010 Ricossa (22,05 $): c’est, et de loin, le moins cher des barbarescos à la SAQ. On comprend que c’est un barbaresco d’entrée de gamme. N’empêche, le vin est souple, fondu, léger, plaisant, avec la belle acidité apportée par le Nebbiolo. À deux, on a sifflé la bouteille en moins de trois, à peine le temps de dire pasta!

 

Vin plaisir

Pour offrir ou se faire plaisir

Photo courtoisie

Syrah Le Pousseur 2011 [ ★★½ | $$$½ ]

Central Coast, Bonny Doon Vineyard

13 %, Californie

Type : vin rouge

Code : 10961016

Prix : 34,25 $

Très beau nez de syrah avec des accents anisés. La bouche suit dans le même registre, toute en plaisir, en souplesse et en élégance; et avec toujours chez Bonny Doon cette précision dans l’expression. Un régal. Voilà un vin qui fait vraiment «Wow !».

 

Le Orme 2011  [ ★★ ½ | $ ½  ]
Barbera d’Asti Superiore, Michel Chiarlo,
13,5 %, Italie
Prix : 16,45 $ (en solde à 14,45 $)
Code : 00356105
 

Raimonda 2012  [ ★★ ½ | $ ½  ]
Barbera d’Alba, Fontanafredda,
13,5 %, Italie
Prix : 17,45 $ (en solde à 14,95 $)
Code : 11905606
 

Dolcetto d’Alba 2012  [ ★   | $$ ½  ]
Paolo Scavino,
13 %, Italie
Prix : 21,15 $
Code : 11863291
 

Barbaresco 2010  [ ★  | $$ ½  ]
Ricossa,
14 %, Italie
Prix : 22,05 $
Code : 12465500
 

★ Correct
★★ Bon
★★★ Très bon
★★★★ Excellent
★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.
Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.
Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.

www.saq.com