/news/society
Navigation

274 arrestations durant la manifestation nocturne à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers de Québec ne se sont privés d’utiliser ni la force, ni leur menottes ni l’encre de leurs stylos, mardi soir. Ils ont arrêté pas moins de 274 personnes pour leur remettre autant de constats d’infraction lors d’une manifestation très tendue contre l’austérité au fort accent de Printemps érable.
 
Tôt mercredi matin, la porte-parole Christine Lebrasseur fait état d’un total de 274 arrestations, la plupart pour avoir enfreint l’article 19.2 du règlement municipal sur la paix et le bon ordre. Trois personnes ont été arrêtées pour avoir possédé une arme blanche (règlement municipal), une autre pour désordre, une pour possession d’alcool et enfin, une personne s’est fait passer les menottes pour possession simple de stupéfiants et voies de fait sur un agent. Cet individu était recherché en vertu d’un mandat.
 
Plusieurs centaines de personnes se sont d’abord regroupées vers 21h devant l’Assemblée nationale. Une trentaine de minutes plus tard, les protestataires ont pris le chemin de la Grande-Allée, où ils étaient attendus par des dizaines de policiers.
 
La manifestation a alors été déclarée illégale puisque aucun itinéraire n’a été fourni aux forces de l’ordre. Un premier affrontement a eu lieu, avant que la foule ne recule.
 
Après avoir atteint la Grande-Allée, les policiers ont lancé l’assaut sur les manifestants. Sous les injures et alors que certains manifestants scandaient «assassins», les agents ont menotté un homme. Une autre femme a été blessée au visage.
 
Sophie Côté
 
«Il m’ont foncé dessus par en arrière, a dénoncé Martine Deraspe, encore sonnée. «C’est de la brutalité policière, ils lui ont fait un double-échec par en arrière», a ajouté un manifestant.
 
​Les policiers ont ensuite donné l’ordre aux manifestants de se disperser. Les dizaines de manifestants encore présents ont finalement été arrêtés vers 22h.
 
«Les gens seront identifiés avant d’être relâché avec un constat», a expliqué le porte-parole Pierre Poirier en début de nuit. Les manifestants interpelés étaient alors libérés à différents endroits de la ville afin d’éviter qu’ils ne se regroupent. Le SPVQ confirmait aussi des arrestations au coin de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque.
 
Les constats remis mardi soir étaient au montant de 220$. En 2012, les manifestants arrêtés recevaient plutôt une amende de 494$ pour entrave en vertu du Code de la sécurité routière. 
 
Un «droit fondamental»
 
«Notre objectif n’est pas de procéder à des arrestations ni de recourir à la force, c’est d’encadrer les gens impliqués», souligne Mme Lebrasseur. Mais les manifestants n’avaient pas fourni d’itinéraire.
 
«Si un itinéraire est fourni et respecté, il n’y aura pas d’arrestations massives puisque notre mandat est d’encadrer les manifestations en les rendant sécuritaires, autant pour manifestants que autres usagers de la route», insiste Mme Lebrasseur. «Le droit de manifester est un droit fondamental, mais il doit s’exercer sans menacer l'intégrité des personnes ou des bien.»
 
À ceux qui accusent les policiers d’avoir chargé plutôt rapidement, Mme Lebrasseur répond que les agents casqués ont donné plusieurs avertissements. 
 
-Avec Pierre-Olivier Fortin et Jean-François Racine