/world/america
Navigation

État d’exception dans le nord du Chili en raison de pluies torrentielles

Coup d'oeil sur cet article

Copiapó (Chili), - Le gouvernement chilien a décrété mercredi «l’état d’exception» dans la région généralement aride d’Atacama au nord du pays, en raison de pluies torrentielles et d’inondations qui ont fait jusqu’à présent 600 sinistrés.

La mesure implique «que l’armée a pris le contrôle de la région», a déclaré le ministre de l’Intérieur Rodrigo Peñailillo.

La compagnie minière publique chilienne Codelco, plus importante société productrice de cuivre au monde, a par ailleurs dû interrompre provisoirement ses activités d’extraction dans la zone, selon un communiqué.

M. Peñailillo a appelé "tous les habitants se trouvant dans des zones à risques dans la région d’Atacama à évacuer les lieux et à se mettre à l’abri".

Une forte tempête accompagnée de pluies torrentielles s’est abattue sur la région depuis mardi soir provoquant des coupures d’électricité et l’interruption des services de communications, et faisant 600 sinistrés, selon un rapport officiel. Plusieurs routes sont coupées.

Selon les autorités, quelque 38 500 foyers ont été privés d’électricité et environ 48 500 foyers sont sans eau potable.

Les pluies, inhabituelles dans cette région aride du nord du Chili, ont augmenté le débit de plusieurs rivières, inondant les rues principales de la ville de Copiapo, capitale de la province,à 800 km au nord de Santiago, et plusieurs localités de l’intérieur. Les écoles ont été provisoirement fermées à Copiapo et dans la ville voisine d’Antofagasta.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il se rendra sur les lieux pour évaluer le sinistre.

Auparavant, les autorités avaient émis une "alerte sanitaire" pour les communes de Tierra Amarilla, Diego de Almagro et Alto del Carmen, les plus touchées par les inondations.

Les aéroports de Calama et Antofagasta, qui connaissent un trafic élevé en raison de l’activité minière dans la région, ont enregistré d’importants retards des vols.

La présidente Michelle Bachelet a exprimé sa "solidarité avec les victimes et toutes les personnes affectées" par la tempête et a assuré que des secours seront envoyés dans la région.

Pendant ce temps, le sud du pays, frappé par la sécheresse, doit faire face à des incendies exceptionnels.