/sports/fighting
Navigation

Un tympan perforé et une vision embrouillée pour Jean Pascal

Jean Pascal (Culotte noire-rouge et blanche) affrontant Sergey Kovalev (Culotte rouge) lors du Gala de boxe du 14 mars dernier.
Photo Agence QMI, Joel Lemay Jean Pascal (Culotte noire-rouge et blanche) affrontant Sergey Kovalev (Culotte rouge) lors du Gala de boxe du 14 mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Jean Pascal a levé le voile sur les blessures qui ont affecté son rendement durant sa dure défaite contre le Russe Sergey Kovalev, le 14 mars dernier.

«Le tympan de mon oreille gauche s’est perforé pendant les trois premiers rounds, mais je ne me souviens pas à quel moment précis, a souligné Jean Pascal en exclusivité au Journal de Montréal, mercredi.

«C’est ce qui aide à te maintenir en équilibre et c’est pour cette raison qu’on a eu l’impression que j’avais les jambes dans la chaloupe pendant la majorité de mon duel avec Kovalev.

«Avec ce diagnostic, cela prouve donc que je n’étais pas ébranlé comme plusieurs le prétendaient.»

Il a découvert le tout en passant des tests médicaux dans les jours suivant son affrontement contre le champion unifié des mi-lourds.

Son promoteur Jean Bédard a remarqué quelque chose de particulier chez son protégé quand il est arrivé sur le ring après l’arrêt de l’arbitre.

«J’ai déjà vu un boxeur qui a subi un knock-out et Jean n’était pas dans cet état, a mentionné le président d’InterBox. Il était cohérent quand il me parlait et il se demandait pourquoi Luis Pabon avait stoppé le duel en me regardant droit dans les yeux.»

Cependant, il ne croit pas que cette blessure a changé quelque chose dans le résultat final.

«Kovalev a gagné et on ne peut pas se servir de ça pour expliquer la défaite de Jean, a ajouté Bédard. Par contre, ça nous permet de mieux comprendre ses nombreux déséquilibres pendant le combat.»

Vision embrouillée

Le protégé d’Interbox a également eu un autre souci lors des trois premiers assauts. Après un coup de Kovalev dans la région de l’œil droit, sa vision est devenue embrouillée pour la balance de son duel.

«Je ne voyais plus venir les coups de Kovalev», a affirmé Pascal.

À première vue, on pourrait penser que Pascal souhaite se servir de ces maux pour expliquer son revers par knock-out technique au 8e round. Ça ne semble pas le cas.

Il voulait simplement rectifier le tir au sujet des événements qui se sont déroulés lors de cette difficile journée au bureau pour lui.

On a cependant la preuve que la force de frappe de Kovalev peut causer des dommages même si elle est moins puissante que celle de Carl Froch aux dires du pugiliste québécois.

De retour en juin ?

Une fois qu’il aura récupéré de sa blessure, Pascal reviendra rapidement dans le gymnase.

InterBox a l’intention de le faire boxer durant la prochaine saison estivale en sous-carte d’un gala qui mettrait en vedette le Russe Sergey Kovalev.

Cet événement serait présenté en juin ou en juillet à Montréal, encore une fois, devant les caméras de HBO.

«C’est l’une de nos options sur la table, a souligné Bédard. On a eu de bonnes discussions avec tous les intervenants au dossier, dont Jean. On sera fixé bientôt.»

À moins d’une surprise, Pascal se battra de nouveau chez les mi-lourds (175 lb).

♦ Jean Pascal se rendra en Floride dans les prochains jours afin de supporter son entraîneur Roy Jones fils qui montera sur le ring. Jones affrontera Paul Vasquez chez les lourds-légers, samedi, à Pensacola.