/opinion/columnists
Navigation

Monsieur Leitao, j’ai un projet de société!

Lorsqu’on réduit la croissance de la productivité, on limite la croissance des salaires

Coup d'oeil sur cet article

Cher M. Leitao,

Depuis quelques mois, vous déployez des efforts considérables afin de revenir à l’équilibre budgétaire. Personnellement, je suis heureux d’observer cet effort, même si vous (et vos prédécesseurs) avez utilisé la voie de l’augmentation des revenus davantage que la voie de la réduction des dépenses pour atteindre votre objectif. Cependant, plusieurs groupes ont pris les rues pour dénoncer votre intention d’équilibrer le budget. C’est pourquoi j’ai une proposition à vous faire qui permettrait de contrer la hausse des inégalités économiques, de réduire les dépenses publiques et d’accélérer la croissance économique.

Réduisons les subventions...

Les subventions gouvernementales aux entreprises entraînent une augmentation des inégalités économiques. En utilisant l’argent des contribuables pour financer des entreprises qui n’ont pas réussi à convaincre les consommateurs d’acheter leurs produits, l’État transfère un revenu à des individus qui sont généralement plus riches que la moyenne de la population. Ces manipulations du marché, qui semblent plutôt ralentir la croissance économique au lieu de l’accélérer, augmentent donc le niveau d’inégalités. Pourquoi ne pas réduire ces subventions?

Selon les derniers chiffres disponibles, en ramenant ses subventions au niveau par habitant qui est observé en Ontario, le Québec épargnerait environ 3 milliards de dollars. Une marge de manœuvre colossale pour mettre fin à une pratique qui réduit la croissance économique!

... afin de réduire les impôts des entreprises...

Une fois dégagée, cette marge de manœuvre peut servir à réduire les impôts... des entreprises. Lorsqu’on taxe le revenu d’une entreprise, on taxe ses investissements qui pourraient augmenter la productivité. Ultimement, lorsqu’on réduit la croissance de la productivité, on limite la croissance des salaires. C’est pour cela que la plupart des études estiment que la majorité des effets négatifs des taxes sur les entreprises sont assumés par les travailleurs. À court terme, environ la moitié des effets nocifs sont assumés par les travailleurs. À long terme, le capital étant mobile, les entrepreneurs s’ajustent en s'en allant et ce sont les travailleurs qui assument la quasi-totalité de l’effet pervers de ces taxes.

C’est pourquoi certaines études estiment qu’à long terme, un dollar de plus en impôts sur les entreprises réduit de plus d’un dollar la rémunération des travailleurs. La marge de manœuvre dégagée par l’élimination des subventions pourrait donc servir à réduire cette forme de taxation qui ralentit la croissance des salaires.

... ainsi on réduit les inégalités!

En fin de compte, une telle mesure en viendrait à réduire les inégalités économiques. Les entreprises devraient véritablement convaincre les consommateurs de venir dépenser chez elles afin de réaliser des profits. Et puisque la seule manière de réaliser des profits consiste à augmenter la productivité, les firmes devront investir considérablement et offrir une rémunération globale qui augmentera en ligne avec la productivité. Les entrepreneurs ne pourront pas faire des profits importants stimulés par des subventions données par l’État. Le Québec pourra équilibrer son budget sans mettre en péril la croissance économique et les inégalités pourront diminuer sensiblement.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.