/news/health
Navigation

Un homme en perte d'autonomie s'est laissé mourir de faim

Un homme en perte d’autonomie appréhendait ses conditions de vie

Coup d'oeil sur cet article

Le Montréalais qui avait cessé de s’alimenter depuis près de deux mois, redoutant les conditions dans lesquelles son handicap le condamnait à vivre, est finalement décédé hier matin.

Gabriel Bouchard était à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont depuis environ un mois, où il se laissait mourir.

Il y a quelques semaines, l’homme de 57 ans, fort lucide, avait livré un vibrant témoignage vidéo à l’organisme Toujours vivant, dans lequel il expliquait sereinement sa décision. Il souhaitait cependant que cette vidéo ne soit rendue publique qu’après sa mort.

M. Bouchard, originaire du Saguenay, était atteint d’une maladie orpheline s’apparentant à la dystrophie musculaire qui lui faisait perdre son autonomie. Ayant travaillé longtemps au sein d’organismes venant en aide aux personnes handicapées, il explique dans la vidéo qu’il savait très bien ce qui l’attendait.

Un choix existentiel

«Je ne voulais pas me retrouver sur l’aide sociale, dans la pauvreté extrême... Ça ne me tentait pas de me retrouver dans un CHSLD, confie-t-il. Non merci, je connais trop bien cette qualité de vie.»

Il précise que sa décision aurait pu être différente si on avait pu lui garantir des soins à domicile adéquats et une situation financière acceptable.

Gabriel Bouchard était, jusqu’à tout récemment, directeur général du Regroupement des organismes de promotion du Montréal métropolitain, un groupe de défense des droits des personnes avec des limitations physiques. Quitter son emploi, l’été dernier, a été son plus gros deuil.

«Je me suis retrouvé devant deux grandes questions existentielles: est-ce que tu préfères partir avec le sentiment du devoir accompli; ou encore, partir dans 15-20 ans, avec le souvenir d’un homme qui a terminé sa vie dans la dèche?», expose-t-il.

Une mort « Injuste »

<b>Richard Guilmette</b><br />
Mouvement citoyen Handicap-Québec
Photo Facebook
Richard Guilmette
Mouvement citoyen Handicap-Québec

«C’est un triste jour pour les personnes handicapées au Québec», a affirmé hier Richard Guilmette, fondateur du Mouvement citoyen Handicap-Québec.

Lui-même atteint de dystrophie musculaire et paralysé, M. Guilmette était très émotif quand Le Journal lui a parlé hier. «C’est tellement injuste que cet homme-là soit mort. Il n’était pas en fin de vie, il aurait pu vivre encore 20 ou 30 ans si on avait pu lui garantir des conditions de vie décentes.»

L’homme derrière la vidéo, Christian Debray, est choqué par ce décès. Dirigeant l’organisme Toujours vivant, qui vient en aide aux personnes handicapées et s’oppose à l’aide à mourir, M. Debray avait rencontré Gabriel Bouchard dans sa chambre d’hôpital pour sensibiliser le public au traitement réservé aux personnes handicapées.

«C’est carrément inacceptable qu’on l’ait laissé mourir. Je respecte sa décision, mais je crois qu’il avait besoin d’aide et qu’il aurait pu vivre correctement, si on lui en avait donné les moyens.»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.