/sports/hockey
Navigation

À Gatineau sans complexe

L’Armada et les Olympiques se retrouveront ce soir au centre Robert-Guertin

Les joueurs de l’Armada et des Olympiques ne se font pas de concessions sur la patinoire.
photo agence QMI, Martin Alarie Les joueurs de l’Armada et des Olympiques ne se font pas de concessions sur la patinoire.

Coup d'oeil sur cet article

Après une performance frôlant la perfection pour niveler la série face aux Olympiques au second duel, l’Armada de Blainville-Boisbriand se dirige vers Gatineau sans complexe.

Les hommes de Joël Bouchard ont contrôlé leurs adversaires pendant plus de 100 minutes devant leurs partisans en lever de rideau de la série huitième de finale. En deux matchs, ils ont limité les «Piques» à seulement 34 tirs. C’est donc un bon présage pour la suite de cette confrontation qui reprendra ce soir, au centre Robert-Guertin.

«Si on joue comme les 50 minutes de vendredi et les 60 de samedi, nous en gagnerons pas mal plus que nous en perdrons», a philosophé le pilote de l’Armada, confiant des éléments qu’il a sous la main.

Comme le mentionnait avec exactitude l’instructeur de la formation de l’Outaouais, Benoit Groulx, après sa défaite samedi soir, les deux équipes ne laissent aucun espace sur la patinoire. Les chances de marquer à égalité numérique sont rarissimes. Ses hommes n’ont pu trouver le fond du filet sur le jeu de puissance, mais ils ont profité de leurs chances à cinq contre cinq.

La flotte laurentienne a pour sa part réussi à marquer trois de ses cinq buts en supériorité numérique.

La rivalité est intense et chaque pouce est difficile à gagner sur la surface glacée. Cette bataille de l’autoroute 50 ne met certainement pas en opposition la troisième équipe du classement général en saison régulière à celle de 14e position.

«Les matchs sont serrés. On doit saisir nos opportunités quand elles se présentent», a soutenu Joël Bouchard qui conservera un alignement identique à celui de samedi, ce soir.

Soulagement

Après la victoire samedi, les joueurs de l’Armada affichaient une mine soulagée. Et pour cause, ils ne voulaient surtout pas prendre la direction de Gatineau avec un recul de deux matchs dans cette série.

«Il ne fallait surtout pas arriver à Gatineau avec deux défaites. Ça aurait été difficile de gagner deux matchs là-bas avec de la pression. C’est un aréna réputé pour les séries», a expliqué le capitaine Daniel Walcott.

Yvan Mongo sait très bien ce qui l’attend au «Vieux Bob». Natif de Gatineau, il a fréquemment joué dans ce vétuste amphithéâtre dans les rangs mineurs. «Il ne fallait surtout pas perdre le deuxième match et tirer de l’arrière 0-2, a-t-il mentionné. L’atmosphère est hostile là-bas. Avec une égalité dans la série, nous sommes en meilleure position.»

Protéger les gardiens

«Il y a une différence entre foncer au filet et foncer sur le gardien. Nous avons pris des punitions pour avoir bousculé leur gardien et ce n’est pas la consigne. Nous devons mieux contrôler nos émotions.»

Benoit Groulx avait fait cette déclaration après la défaite, samedi soir, au sujet des quelques infractions des siens pour avoir obstrué le gardien de l’Armada, Samuel Montembeault.

Or, il en a rajouté hier à l’entraînement, mais cette fois il visait ses rivaux qui, selon lui, obstruent son portier. Il a donc sommé les instances de la LHJMQ de veiller à ce que François Brassard soit aussi protégé que son vis-à-vis.

À surveiller

L’Armada devra avoir à l’œil le trio de Joey Richard, flanqué des Russes Yakov Trenin et Valentin Zykov. Ils ont inscrit trois des cinq buts des Olympiques et ont menacé constamment le filet.

Les Olympiques devront quant à eux surveiller le Letton Nikita Jevpalovs. L’ailier a fait sentir sa présence dès son retour au jeu, samedi, après avoir soigné un virus. Il a amassé trois aides dans la victoire en plus de remettre en marche le jeu de puissance.