/sports/football
Navigation

L’influence de Jacques Dussault

Anthony Coady est convaincu de faire sa place dans la LCF

Le maraudeur Anthony Coady a réussi le deuxième meilleur résultat parmi les demis défensifs au t-test et aux 3-cônes.
Photo collaboration spéciale Johany Jutras Le maraudeur Anthony Coady a réussi le deuxième meilleur résultat parmi les demis défensifs au t-test et aux 3-cônes.

Coup d'oeil sur cet article

Anthony Coady a laissé parler son cœur lors de sa rencontre avec les Alouettes de Montréal qui voulaient connaître les faits marquants de sa carrière.

Le maraudeur des Carabins de l’Université de Montréal a été reçu en entrevue par les Alouettes, vendredi. «Avoir la chance d’être coaché par Jacques Dussault a changé ma vie, a confié Coady. Avec la conquête de la Coupe Vanier, la présence de M. Dussault représente les deux événements les plus marquants depuis que je joue au football.»

«S’il y a quelqu’un de vrai, c’est bien Jacques Dussault, de poursuivre Coady. Je me souviens après la saison 2009 avec les Spartiates du Vieux-Montréal, il avait dit à chaque joueur ses vérités en pleine face. Certains ont de la difficulté à accepter sa façon de faire comme on a pu le voir pendant sa carrière, mais ce n’est pas un imposteur. Sa façon de faire avait confirmé ce qui était déjà important pour moi. Ce qu’il y a de plus beau avec le football, c’est que tu ne peux pas te cacher. Quand le ballon lève, c’est ta vraie personnalité qui sort.»

Heureux hasard, Coady a eu l’occasion de discuter avec Dussault, samedi matin, avant ses premiers tests puisque l’analyste des parties des Alouettes sur les ondes du 98,5 était présent dans la Ville Reine pour le camp d’évaluation. «À chaque fois que je vois Jacques, ça vient me chercher, a-t-il exprimé. Je me vois dans sa façon de penser. Ça me fait du bien et je sais qu’il sera toujours là pour nous. Je pourrais parler de Jacques pendant des heures.»

«Meilleur maraudeur au pays»

Coady est convaincu qu’il peut évoluer dans la LCF. «À la fin de mon entrevue avec Hamilton, j’ai regardé les gens dans les yeux et je leur ai dit que j’étais persuadé que j’étais le meilleur maraudeur au Canada éligible au repêchage. Ils ont aimé ma spontanéité. Je mettrais ma main au feu que j’ai raison. Je me perfectionne depuis dix ans à ma position et je suis rendu à un moment où je veux en apprendre plus.»

Coordonnateur défensif des Alouettes, Noel Thorpe connaît bien Coady puisqu’il l’a dirigé pendant deux saisons avec les Carabins. «En raison de sa très bonne compréhension du jeu, Coady peut jouer dans la LCF, a-t-il mentionné. Ce n’est pas un joueur que tu vas placer en couverture homme à homme, mais il est à son mieux dans le milieu du terrain.»

Tout un changement

Coady est revenu emballé de son expérience à Toronto. «Ça n’a rien à voir avec le camp régional, a-t-il débité. À Concordia, on a été poussé dès 8 h jusqu’à la fin. C’en était même quasiment désagréable. À Toronto, on a eu le temps de relaxer et d’apprécier notre expérience.»

Brèves

Football LCF

La robustesse d’Archambault remise en question

TORONTO | Une petite tempête a soufflé sur twitter, dimanche, quand Marshall Ferguson a mis en doute la robustesse de Byron Archambault.

«Pour un gars qui a réussi 41 répétitions au développé-couché, Byron frappe comme une fée, a lancé l’ancien quart-arrière des Marauders de McMaster. C’est facile de bâtir des schémas offensifs pour l’arrêter.»

Informé des propos de Ferguson, le secondeur des Carabins de l’Université de Montréal a été cinglant dans sa réplique. «La seule chose qui m’intéresse, c’est que je vais recevoir ma bague de la Coupe Vanier le 15 mai, a-t-il mentionné. S’il veut me parler, il n’a qu’à m’appeler. De tels propos d’un gars assis derrière un ordinateur ne me dérangent pas.»

Plus tard, Ferguson a assuré que ses commentaires n’étaient pas ceux d’un mauvais perdant, mais d’un gars qui émettait simplement son opinion. Il a joint à son commentaire une bande vidéo où il a parodié la défaite des Marauders en compagnie de quelques coéquipiers pour appuyer son point.

Football LCF

« La valeur de Brandon est encore bonne »

TORONTO | Darren Gill croit que la valeur de Brandon Tennant ne diminuera pas après sa prestation au camp d’évaluation.

Pointant au 15e rang des plus beaux espoirs selon le dernier classement du Bureau central de recrutement de la LCF, le plaqueur du Rouge et Or de l’Université Laval a loupé quelques tests en raison d’une blessure à un genou et n’a pas connu sa meilleure journée au bureau, dimanche, lors des duels à un contre un.

«Brandon doit soigner sa blessure et améliorer sa forme, mais sa valeur est encore bonne, a assuré Gill qui représente Tennant. Dans les duels à un contre un, aucun joueur de ligne défensive ne s’est démarqué. Les joueurs glissaient sur la surface synthétique et n’avaient pas une bonne adhérence. Les joueurs de ligne offensive ont eu le meilleur.»

Des chutes

En ligne droite, l’adhésion était bonne, mais les changements de direction étaient ardus. Plusieurs joueurs ont chuté, notamment lors du t-test (déplacements latéraux) et 3-cônes. Le bloqueur Danny Groulx, a terminé la journée avec les deux genoux en sang.

Gill croit que Tennant pourrait faire ses tests physiques le 5 mai à l’occasion du Défi Est-Ouest qui se déroulera à l’Université McGill. «Ce n’est pas encore confirmé, mais c’est une possibilité. Même chose pour Karl Lavoie.»

Lavoie s’est blessé à un quadriceps le 19 mars et le bloqueur étoile du Rouge et Or a dû renoncer à prendre part au camp d’évaluation. Des entrevues avec les équipes de la LCF par le biais de skype sont envisagées.