/finance/business
Navigation

Québecor réplique aux critiques du dragon Mitch Garber sur Pierre Karl Péladeau

Mitch Garber
Photo d'archives Mitch Garber

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion, s’est porté à la défense de Pierre Karl Péladeau, dont les qualités de gestionnaire ont été critiquées lors de l’émission Tout le monde en parle (TLMEP) diffusée dimanche soir.

«Pierre Karl a non seulement été un gestionnaire hors pair pour Québecor, mais il a aussi été un leader transformationnel pour notre entreprise », a souligné Pierre Dion dans un communiqué publié lundi.

Pierre Karl Péladeau
Mitch Garber
PIER-YVES CARBONNEAU-VALADE/AGENCE QMI

La veille, Mitch Garber, président de Caesars Acquisition Company et nouvel investisseur à l’émission «Dans l’œil du dragon», s’en est pris sans ménagement à l’actionnaire de contrôle de Québecor et l’aspirant au poste de chef du Parti québécois.

«Pierre Karl, pour être franc avec vous, depuis qu’il est le PDG ou l’actionnaire majoritaire de Québecor, la performance est très mauvaise», avait commencé M Garber. «C’est l’un des pires taux de croissance dans le domaine des communications au Canada et en Amérique du Nord», a-t-il lancé au cours de son passage à l’émission dominicale.

En livrant sa diatribe, l’entrepreneur actif dans le milieu des casinos en ligne et à Las Vegas, a ajouté que son désir était de rectifier une certaine perception répandue dans le public.

Pierre Dion
Mitch Garber
Photo d'archives, agence QMI, Joel Lemay

«C’est important pour moi de dire aux gens qui pensent que parce qu’il porte le nom de Péladeau, il doit être un excellent PDG », a-t-il poursuivi. «Et s’il va gérer mon économie, je veux juste que lui il le gère mieux qu’il a géré Québecor depuis que son père est mort».

Québecor estime que ces propos sont «mal avisés», ce pour quoi l’entreprise a tenu à livrer sa version des faits, soutenant qu’entre 1999 à 2014, les résultats de Québecor ont démontré une «croissance du bénéfice d’exploitation de plus de 80 %, passant de 770 millions $ à plus de 1,4 milliard $».

Dans son communiqué, l’entreprise a souligné que sous la présidence de Pierre Karl Péladeau, «Québecor a su créer de la valeur pour ses actionnaires et a connu une croissance substantielle», marquée par l’acquisition de Vidéotron à l’automne 2000 et l’investissement dans plusieurs nouveaux secteurs émergents, dont celui de la téléphonie mobile.

«Ce succès en téléphonie mobile est d’ailleurs une raison importante de la croissance de 25 % de la valeur de l’action de Québecor depuis 12 mois», toujours selon les données de l’entreprise.