/news/health
Navigation

Des documents médicaux de patients trouvés en pleine rue

Coup d'oeil sur cet article

Des documents médicaux confidentiels d’une clinique de soins esthétiques de Montréal ont été retrouvés en pleine rue hier, après avoir été emportés par le vent. Une situation irrégulière, selon des patientes concernées et le Collège des médecins.

Nom, numéro d’assurance maladie, adresse personnelle, numéro de téléphone et résultats d’analyses de laboratoire: plusieurs informations confidentielles figurent sur la vingtaine de documents des patients du Dr Javier Cruz, que le Journal a récupérés hier à l’intersection des rues Saint-Urbain et Cuthbert, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Ces documents ont été retrouvés près de la clinique du médecin, Cruz Cozmetics, sur un trottoir, un banc de neige et au milieu de la rue.

«C’est très dérangeant d’apprendre que vous avez retrouvé mes coordonnées sur le trottoir. Quel manque de professionnalisme du médecin», s’est indignée une ancienne patiente du Dr Cruz, qui préfère taire son nom et qui se souvient de l’avoir consulté pour une procédure cosmétique de remplissage entre les yeux.

Ces documents médicaux sont datés des années 2003 à 2007. Certains indiquent des résultats de laboratoire en hématologie ou en biochimie ainsi que des résultats d’analyses d’urine.

On y retrouve également des informations sur les activités sexuelles des patients ou leur condition physique, comme une précision de la taille des hémorroïdes internes d’une dame.

« C’est très dérangeant d’apprendre que vous avez retrouvé mes coordonnées sur le trottoir.» 

 

– Une ancienne patiente du Dr Javier Cruz

Jetés aux poubelles

Le Dr Cruz s’est dit surpris en apprenant que certains de ses dossiers médicaux avaient été retrouvés dans la rue.

«J’ai jeté les papiers dans la poubelle, ce n’est pas de ma faute si ça s’est retrouvé dans la rue», s’est défendu Javier Cruz, hier.

Quand on lui a demandé s’il avait l’intention de changer ses façons de faire pour se débarrasser des dossiers de ses anciens patients de manière conforme, le médecin s’est offusqué.

«Je n’ai pas l’habitude de déchiqueter les papiers. Et je n’ai pas à vous dire ce que je vais faire à l’avenir», a-t-il lancé avant de partir brusquement.

Toutefois, pour une autre patiente du Dr Cruz (qui a aussi préféré taire son nom), «même si ces papiers sont partis au vent lorsqu’ils ont été jetés, c’est inacceptable».

Déchiquetage préférable

D’ailleurs, au Collège des médecins, les règles de destruction des dossiers médicaux sont claires.

«Les médecins doivent détruire les dossiers médicaux. Ils doivent assurer la protection des renseignements personnels. Et le simple fait de consulter un médecin est une information confidentielle», a indiqué Leslie Labranche, porte-parole du Collège.

Selon cette dernière, le déchiquetage est considéré actuellement comme la meilleure méthode pour disposer des documents.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.