/lifestyle/hangout
Navigation

Pour vos cocos de Pâques

Top 15 des meilleures chocolateries à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Qui dit Pâques, dit chocolat. Cette année, laissez-vous tenter par le travail de nos artisans chocolatiers, qui ont tout en leurs moyens pour épater les plus fins palais. Voici donc 15 bonnes adresses – tantôt traditionnelles, tantôt extravagantes – qui sauront vous mettre l’eau à la bouche et satisfaire votre bec sucré.

Chocolats Andrée

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 5328, avenue du Parc

1. Parce qu’un classique se veut par définition indémodable, Chocolats Andrée mise sur ses 75 ans d’expérience pour offrir à ses clients des chocolats artisanaux, faits à la main selon la méthode traditionnelle européenne. «Pâques, pour nous, c’est facilement 30 % de notre chiffre d’affaires», explique le propriétaire Stéphanie Saint-Denis, qui a repris les reines de sa mère, qui elle, avait hérité de sa grand-mère. Bien que Chocolats Andrée travaille principalement le chocolat noir au quotidien, depuis 1940, Pâques est la seule période de l’année où l’animalerie comporte des petits animaux en chocolat au lait, pour plaire aux enfants. Mais selon les dires de Mme Saint-Denis, ce sont «les œufs à la crème au beurre et les coquilles remplies de miniatures [caramels, truffes, pralins] qui sont les plus populaires en ce moment.»


Christophe Morel

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • Une quinzaine de points de vente à Montréal

2. Bien que ce maître chocolatier ne possède aucune boutique à son nom, les produits signés Christophe Morel sont disponibles via la boutique en ligne (morelchocolatier.com), ainsi que dans plus de 50 points de vente à travers la province. Même si les moulages traditionnels constituent de gros vendeurs durant la période pascale, c’est sans contredit l’œuf à la coque qui a la cote depuis quelques années. «C’est un petit œuf, qui a les mêmes proportions qu’un vrai, mais qui est rempli de praliné. C’est délicieux!», explique l’artisan chocolatier d’origine française, propriétaire de sa chocolaterie depuis 2005.


Suite 88

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 1225, de Maisonneuve Ouest

3. En temps normal, la Suite 88 se classe parmi les chocolateries les plus «exotiques» en ville, elle qui propose des petites bouchées chocolatées à saveur de litchi, gingembre ou thé vert, une collection «shooters» avec alcool liquide à l’intérieur ou encore des chocolats chauds décadents aux arômes de chili, de citrouille ou de menthe poivrée. Par contre, durant la période pascale, on se concentre davantage sur les classiques. «Nos sacs d’œufs pralinés sont très populaires pour Pâques, sinon nos lapins remplis de caramel fleur de sel ou de praline», explique la gérante de ce lounge du chocolat, Maude Gendron-Barrette.


Chocolaterie Bonneau

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 69, rue Fleury Ouest

4. «Je suis un chocolatier traditionnel, parce que j’ai appris mon métier en France et que j’y ai travaillé pendant 25 ans, mais aujourd’hui, j’essaie de faire un peu différent», explique le propriétaire Yves Bonneau, qui utilise uniquement des chocolats de la maison Valrhona. La collection Picasso, spécialement conçue pour Pâques, représente d’ailleurs parfaitement cet alliage entre tradition et modernité puisque les moulages sont bonifiés d’un design moderne et coloré, mais tous sont garnis de petits œufs en chocolat, en pâte de noisette ou encore de petits personnages en chocolat, comme le veut la tradition européenne.


Les Chocolats de Chloé

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 546, rue Duluth Est

5. «On est des flyés classiques ou des classiques flyés, c’est selon», explique d’entrée de jeu Chloé Germain-Fredette, propriétaire et chocolatière. Ici, les animaux sont rois durant la période de Pâques. Des lapins aux poissons en passant par les canards, les enfants (et leurs parents!) raffolent des moulages en chocolat au lait. Mais les cocos ont aussi la cote, surtout la demi-douzaine d’œufs, contenant 2 noirs, 2 au lait, 1 blond et 1 blanc, à l’intérieur desquels vous attend un bébé œuf de la même couleur. On aime tout particulièrement le concept à aire ouverte de la boutique, qui nous permet de voir la chocolatière et son équipe s’exécuter sous nos yeux. De quoi faire saliver...


Fous Desserts

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 809, avenue Laurier Est

6. Même si sa démarche quant au traitement du chocolat se veut classique, l’artisan chocolatier Franck Dury-Pavet adore s’amuser avec cet ingrédient et créer des produits amusant et attrayant. «Pour Pâques, on a fait une poulette, composée de deux sphères en chocolat qu’on colle ensemble et qu’on habille par la suite. C’est très apprécié de la clientèle parce que c’est une création unique et propre à nous», explique le propriétaire et chef de cuisine, qui n’utilise que des grands crus pour faire ses moulages, dont son célèbre chocolat noir des terroirs du Venezuela.


Geneviève Grandbois

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 162, rue Saint-Viateur Ouest

7. Véritable pionnière, Geneviève Grandbois a été l’une des premières femmes à s’illustrer dans le domaine de la chocolaterie. Visionnaire, elle fut également l’une des premières à utiliser le caramel à la fleur de sel, qui est vite devenu sa saveur emblématique et la plus populaire en magasin. Ses chocolats de grande qualité et aux saveurs étonnantes (poivre, safran, vinaigre balsamique) ont fait sa réputation, ainsi que ses jolis emballages métalliques qui s’offrent parfaitement en cadeau. En cette période de Pâques, les moulages d’animaux sont très populaires, évidemment, mais ce sont les duos et les familles sur un mélange de saveurs qui représentent les plus grands succès, puisque les clients sont de plus en plus audacieux et ont soif de découvertes.


La tablette de Miss Choco

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 838, avenue du Mont-Royal Est

8. Bien qu’aucun chocolat ne soit produit sur place, La tablette de Miss Choco sert de vitrine pour les chocolatiers «bean-to-bar», soit ceux qui font le métier original de transformer la fève de cacao en chocolat. «On a des chocolats de partout à travers le monde et un chocolat noir fait avec des fèves de Madagascar ou d’Équateur goûte extrêmement différent. C’est ce spectre de saveurs qu’on veut faire découvrir aux gens», explique Jacques Dussault, copropriétaire de la boutique. «Souvent, ces producteurs s’arrêtent à la tablette, parce que c’est un processus qui est très long et complexe, alors on n’a pas beaucoup de moulages de Pâques, mais nos clients viennent ici parce qu’ils veulent autre chose pour eux, mais aussi pour leurs enfants», poursuit Karine Chrétien Guillemette, alias Miss Choco. Ainsi, pour un chocolat éthique et unique en provenance du Brésil, Vietnam, Équateur, Venezuela, Madagascar, Grenade ou Hawaï, rendez-vous à La tablette de Miss Choco!


Chocolaterie Leonidas

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 605, boul. de Maisonneuve O., Montréal
  • Les Halles de la Gare Centrale, Montréal
  • 5195, ch. de la Côte-des-Neiges, Montréal
  • 5111, av. du Parc, Montréal
  • 608, rue Saint-Georges, Saint-Jérôme

9. C’est en 1913 que Leonidas voit le jour, en Belgique. Cent ans plus tard, la chaîne possède plus de 2000 magasins à travers le monde, dont cinq dans la région de Montréal. La réputation de Leonidas repose principalement sur ses crèmes fraîches (dont il est l’inventeur!) et ses pralines. «Les fondateurs ont toujours voulu garder l’esprit de fabrication artisanale, même si c’est devenu industriel. Les crèmes fraîches sont donc fabriquées avec de la vraie crème et du vrai beurre. Beaucoup vendent des ganaches, mais je crois qu’on est les seuls à avoir des crèmes fraîches au Canada», explique François Duval, propriétaire de la toute première succursale en Amérique du Nord, située sur le boulevard de Maisonneuve. Les boîtes mixtes demeurent donc les meilleurs vendeurs, mais les moulages animaliers sont aussi très populaires auprès des enfants durant la période de Pâques.


Chocolaterie Belge Heyez

Photo Le Journal de Montréal, Véronique Harvey
  • 16, rue Rabastalière E., Saint-Bruno

10. Chez Heyez, on se spécialise dans le chocolat... et rien d’autre! «Depuis 40 ans, on fait du chocolat au lait, du noir et du blanc et on y tient. On ne veut pas aller dans les tendances de couleurs et de saveurs et je crois que les gens viennent principalement pour ça», explique la copropriétaire Annie Heyez. Outre les figurines classiques et fort populaires à l’occasion de Pâques, cette chocolaterie belge se spécialise dans les coquilles garnies de miniatures et épate la galerie avec ses structures montées qui varient au gré des saisons et des fêtes. «Présentement, on a une grande roue en chocolat en magasin et à l’intérieur de chaque manège, il y a des petits poussins de cachés», poursuit Mme Heyez, qui s’occupe avec sa belle-mère du volet administratif de la compagnie, alors que son mari laisse libre cours à son imagination en cuisine.

 


Aussi dans notre carnet...

 

Chocolaterie DouceSoeur

  • 3195, rue des Ormeaux

11. Pour ses bouquets de fleurs en chocolat, qui sont aussi beaux à regarder que bons à manger.

 

Chocobel

  • 374, rue de Castelnau E., Montréal

12. Pour ses chocolats artisanaux au fromage de chèvre, faits avec des produits québécois.

 

Chocolats Privilège

  • 1225, rue de Condé
  • 1001, rue Fleury Est
  • Marché Jean-Talon
  • Marché Public 440, Laval
  • Marché Atwater
  • 3602, boul. St-Charles, Kirkland

13. Pour ses saveurs audacieuses (basilic et citron vert, châtaigne, noix de coco & coriandre), ses moulages ludiques, ainsi que ses gâteaux originaux.

 

Divine Chocolatier

  • 2158, rue Crescent

14. Pour ses délicieuses truffes, que plusieurs considèrent comme les meilleurs en ville.

 

Chocolats Suisses

  • 411-A, ch. Grande-Côte, Rosemère

15. Pour sa préservation des saveurs et des arômes naturels du chocolat suisse dans ses produits, malgré l’intégration d’ingrédients régionaux comme l’érable et le bleuet.