/news/society
Navigation

Plus de 30 000 personnes manifestent à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Près de 30 000 personnes ont participé, depuis le Square-Victoria, à la manifestation contre l’austérité organisée par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), jeudi en début d’après-midi, à Montréal.

La manifestation s'est terminée peu après 15h, mais un groupe a résisté et est demeuré au parc Émilie-Gamelin. Quelques heurts ont éclaté entre manifestants et policiers, lorsque ces derniers ont tenté de dégager le boulevard de Maisonneuve.
 
Vers 17h, l'ordre de dispersion a été donné au groupe formé de quelques centaines de personnes.
 
Mais avant, les étudiants, familles et travailleurs se sont mis en marche vers 13 h 30, sur la rue Saint-Antoine en direction de la rue University. Dans une ambiance festive, ils scandaient des slogans qui rappelaient ceux de 2012, comme «crions plus fort pour que personne ne nous ignore» ou «un peuple uni jamais ne sera vaincu».
 
Les manifestants ont ensuite monté vers la rue Sherbrooke puis tourné sur la rue Saint-Denis, alors que plusieurs petits groupes s’ajoutaient graduellement à la foule.
Une pièce pyrotechnique a été lancée vers 14 h 20, mais elle n’a pas dérangé les manifestants qui ont continué à circuler de façon pacifique.
 

Un mouvement de contestation diversifié

Avant de commencer à marcher, plusieurs représentants des groupes présents ont fait des discours, notamment Camille Godbout de l’ASSÉ qui a encouragé à augmenter la pression envers le gouvernement.

«Le budget est une insulte, a lancé Véronique Laflamme du FRAPRU. Le gouvernement amorce le virage de la privatisation des services publics et des programmes sociaux.»

Jeff Begley, président de a Fédération de la santé et des services sociaux a quant à lui appelé à la solidarité des groupes étudiants, communautaires et syndicaux.

Naomie Tremblay-Trudeau, l’étudiante de 18 ans qui a reçu un tir de gaz lacrymogène en plein visage, lors d’une manifestation à Québec la semaine dernière, était aussi présente.

Les organisateurs n’ont pas donné d’itinéraire aux policiers.

Pas de report à l’automne

En entrevue Camille Godbout de l’ASSÉ a affirmé qu’il n’était pas question pour l’instant de reporter la grève à l’automne. «La grève continuera tant et aussi longtemps que les associations étudiantes vont voter en sa faveur, a-t-elle indiqué. La question qui sera débattue cette fin de semaine, c’est à savoir qu’elle sera notre stratégie à long terme. Ce n’est pas un combat d’une saison.»

Des délégations de grandes centrales syndicales comme la CSN et la FTQ, ainsi que la Ligue des droits et libertés (LDL) et le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) participent à la manifestation. Des autobus d’étudiants provenant de différentes régions du Québec étaient aussi attendus.

Le syndicat des professeurs de l’UQAM, sans convention collective depuis deux ans, a par ailleurs voté deux journées de grève, dont jeudi, pour se joindre au mouvement contre l’austérité. Ils dénoncent le sous-financement universitaire.

Près de 135 000 étudiants sont en grève pour la journée.


La manifestation en photos

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.