/news/education
Navigation

Une ex-dirigeante dénonce la violence de l’ASSÉ

FD-MANIFESTATION NATIONALE ASSÉ
Photo Maxime Deland/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une ex-membre du comité exécutif de l’ASSÉ mis à la porte a témoigné hier soir de la «violence inouïe» dont elle aurait été victime durant le congrès qui s’est tenu cette fin de semaine à Valleyfield.

Une ex-membre du comité exécutif de l’ASSÉ mis à la porte a témoigné hier soir de la «violence inouïe» dont elle aurait été victime durant le congrès qui s’est tenu cette fin de semaine à Valleyfield.

C’était un «congrès d’une violence inouïe [...] où il semblait bon de frapper des gens qui sont déjà à terre», a déploré sur Facebook Emmanuelle Arcand, ancienne secrétaire aux relations externes de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ).

Depuis hier, plusieurs fuites semblent annoncer la démission ou la destitution du comité exécutif. Mais aucun membre de l’ASSÉ n’a voulu confirmer.

Roches et insultes

Ces derniers jours, l’ancien exécutif a été férocement critiqué pour sa récente proposition de suspendre les grèves.

«On est tellement fiers, dans le mouvement étudiant, de se dire inclusifs. Mais elle est où, cette inclusivité, lorsque des personnes qui sont supposées être des alliées nous lancent des roches et des insultes dans une manifestation? Elle est où, cette inclusivité, lorsqu’on se sent plus menacé par des manifestants que par les flics?» s’est exclamée Emmanuelle Arcand.

Il y a deux semaines, à l’Université de Montréal, un graffiti a même appelé au viol de la porte-parole de l’ASSÉ, Camille Godbout. «J'espère que la petite pute de riche en chef de l'ASSÉ va se faire violer et que ça va lui faire mal... Cette vache. Mort à l'ASSÉ», lisait-on.

Crédibilité minée

La départ de l’exécutif de l’ASSÉ est un «signe de faiblesse», selon Miguaël Bergeron, porte-parole de la Fondation 1625, qui défend les étudiants contre les grèves. «Le mouvement de grève n’a pas le succès auquel ils s’attendaient. Mais les moyens de pression illégaux, le blocage des salles de cours, le langage guerrier, l’intimidation, ce n’est plus accepté par la population», estime-t-il.

Pour Martine Desjardins, ancienne présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, de telles turbulences peuvent miner la crédibilité du mouvement étudiant.

«Ce qu’on voit, c’est une aile non élue qui commence à prendre le dessus sur une élection démocratique», a-t-elle déclaré à TVA.


 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.