/news/health
Navigation

Peu de pertes d’emploi chez les cadres de la santé à Québec

Moins de 5 % des effectifs seront retranchés

 Le PDG du nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère Le PDG du nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.

Coup d'oeil sur cet article

La majorité des cadres en ballottage dans les onze établissements de santé qui font désormais partie du CIUSSS de la Capitale-Nationale récupéreront un poste au sein de la nouvelle structure. Au 31 mars 2014, les onze établissements comptaient 675 cadres. Ce sont moins de 5 % des effectifs qui seront retranchés.

«On vise la réduction de 36 postes, d’ici 2017-2018. La moitié des postes de haute direction sont quant à eux supprimés (on passe de 116 à 60 cadres supérieurs). Il y aura davantage de cadres intermédiaires de proximité sur le terrain. C’est clair qu’il y aura des économies», déclare le PDG du nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre.

Certains gains se refont toutefois attendre, car les cadres supérieurs qui se replaceront comme cadres intermédiaires verront leur salaire actuel maintenu pour une période de trois ans. Chez les employés syndiqués, le secteur administratif sera le plus touché par les abolitions de postes.

Départs à la retraite

«Nous n’avons pas encore les chiffres précis là-dessus. Des départs à la retraite sont prévus au cours de la prochaine année. Du côté du personnel clinique, on ne vise pas nécessairement une diminution des effectifs, mais une offre de services différente», souligne M. Delamarre, qui était jusqu’à tout récemment directeur général de l’IUCPQ (hôpital Laval).

Son nouveau mandat est très étendu. Le CIUSSS va en effet orchestrer l’ensemble des services sociaux et de santé dans la région de Québec, y compris les soins spécialisés et surspécialisés. Cela signifie un partenariat étroit avec le CHU de Québec, l’IUCPQ et l’Université Laval, pour l’enseignement et la recherche.

Bon « timing »

«Cette transformation du réseau de la santé ne pouvait pas arriver à un meilleur moment, puisqu’elle nous donne beaucoup de leviers pour améliorer l’accès et assurer la qualité des services dans une période où le réseau reçoit moins d’argent», estime M. Delamarre.

La nouvelle entité regroupe quatre CSSS de Portneuf à Charlevoix, six autres centres et l’agence de santé. Elle dispose d’un budget de plus de 1 milliard $ et compte 15 000 employés. Quelque 2000 travailleurs s’ajouteront d’ici octobre, lorsque les services de psychiatrie et de gériatrie du CHU de Québec passeront sous la gouverne du CIUSSS.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.