/news/education
Navigation

La rigolade est terminée

La rigolade est terminée
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Devant la controverse, la conférence sur la «rigologie» à laquelle des cadres scolaires devaient bientôt participer a finalement été annulée.

L’Association québécoise des cadres scolaires (AQCS) en a décidé ainsi après la publication d’un reportage à ce sujet dans les pages du Journal.La décision a été prise en fin d’avant-midi par le président de l’AQCS, André Lachapelle.

Un peu plus tôt, ce dernier multipliait encore les entrevues à travers les médias, tentant de justifier la tenue de l’atelier intitulé « La rigologie, c’est drôlement sérieux », dirigé par la conférencière Carolyne Aubert alias Tiroline le clown.

Plus d’une cinquantaine de cadres scolaires, responsables de l’informatique devaient y participer, et ce sur leur temps de travail, en bonne partie aux frais des commissions scolaires.

Seule l'activité de « rigologie » a été retirée. Les autres activités prévues à la session de perfectionnement « Quand gérer rime avec jongler... Il faut laisser le clown en nous! » auront lieu comme prévu, à l'hôtel Delta de Sherbrooke, du 22 au 24 avril.

« Inacceptable » selon le gouvernement

L’ACQS s’est empressée de contacter le cabinet du ministre de l’Éducation, François Blais, pour que ce dernier soit informé de l’annulation de l’activité.

« C’est inacceptable ce genre de formation-là », a tranché le ministre Blais, par l’intermédiaire de son attachée de presse, Julie White.

Les formations offertes au milieu de l’éducation doivent « servir à la réussite des élèves et à améliorer la persévérance scolaire », a rappelé le ministre, satisfait de l'annulation de l'activité controversée.

« On rappelle cependant que les commissions scolaires doivent gérer les fonds publics qu’ils reçoivent de façon rigoureuse, a signalé l'attachée de presse du ministre Blais. Particulièrement dans le contexte budgétaire actuel, qui est difficile. »

Pas drôle du tout

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, lui aussi, « n’a pas trouvé ça drôle », a fait savoir son attachée de presse, Marie-Ève Labranche.

« On ne trouve pas ça comique du tout », a-t-on indiqué également du côté du Parti québécois.

« Les budgets de formation devraient être utilisés avec diligence en ces temps d’austérité, comme en tout temps d’ailleurs », a souligné Antonine Yaccarini, attachée de presse de l’opposition officielle.

Le député caquiste Éric Caire n’a pas hésité à qualifier ce genre de formation de « gaspillage ».

« C’est nous le dindon de la farce », a-t-il déploré. Il s’agit, selon lui, d’une autre preuve que le système des commissions scolaires est un « échec total et absolu ».

La déception de Tiroline

La clown Carolyne Aubert s’est avouée déçue de l'annulation de sa conférence. « Ce qui me déçois le plus, ce n’est ne pas pouvoir transmettre ma passion », a confié Mme Aubert. Elle croit que les cadres scolaires auraient débuté leur session de perfectionnement du bon pied, grâce à son atelier sur les bienfaits du rire.

Celle que l’on surnomme « Tiroline » a laissé entendre qu’elle facture généralement entre 200 $ et 600 $ lorsqu’elle intervient, entre autres, auprès des éducatrices en services de garde, des gens d’affaires et dans certains hôpitaux.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.