/misc
Navigation

La «démoCRASSEtie» des masqués

La «démoCRASSEtie» des masqués
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Il est plutôt surréaliste de voir des personnes masquées dénoncer les dirigeants de l’UQAM et les forces policières au nom de la démocratie alors que ces mêmes personnes interviennent de façon violente pour empêcher des étudiants d’assister à leurs cours.

Comment ces «courageux masqués» peuvent-ils invoquer la démocratie quand les étudiants qu’ils veulent expulser des locaux de l’UQAM n’ont pu prendre la décision de déclencher la grève par vote secret?

Comment ces «courageux masqués» peuvent-ils même aller dans certains cas à l’encontre de la décision de certaines associations étudiantes de ne pas faire la grève, même si ces décisions ont été prises à main levée?

Comment peut-on justifier de reprendre par trois fois, comme cela est arrivé au CEGEP du Vieux-Montréal, des votes de grève à main levée parce que les résultats étaient négatifs lors des deux premiers votes?

Comment des porte-parole des chargés de cours de l’UQAM peuvent-elles dénoncer la présence des forces policières sur le campus universitaire et ne rien dire sur celle des « masqués»?

Comment le Conseil Central de Montréal, affilié à la CSN, peut-il critiquer la direction de l’UQAM tout en restant silencieux sur le comportement fasciste des «courageux masqués»?

Comment un regroupement supposément féministe peut-il organiser une manifestation pour «femmes seulement» et dénoncer que dans certaines cultures les hommes et les femmes ne peuvent s’asseoir côte à côte?

Les  «courageux masqués» démontrent qu’ils n’ont aucun respect pour la démocratie et semblent plutôt s’inspirer d'autres « masqués» qui sèment la terreur à la grandeur de la planète.

Ceux et celles qui appuient sans réserve les «courageux masqués» démontrent un manque total de discernement. Cela est inquiétant quand on sait que parmi ces personnes, plusieurs enseignent à l’université.

Les dirigeants de la CSN devraient aussi s’inquiéter des déclarations des élus du Conseil Central de Montréal, car ce n’est certes pas de cette façon que les syndiqués obtiendront l’appui de la population. Je suis convaincu d’ailleurs que la CSN n’aurait pas toléré longtemps que des «masqués» occupent ses locaux!

La direction de l’UQAM, par ailleurs, a jeté de l’huile sur le feu en expulsant certains étudiants plutôt que de procéder préalablement par avertissement. Je comprends cependant que la direction n’avait d’autre choix que de demander l’intervention des policiers pour mettre fin au vandalisme et à la violence des «courageux masqués».

Les dirigeants des collèges et des universités devraient au plus tôt exiger que le gouvernement québécois légifère pour que tout vote de grève soit pris par scrutin secret, étalé sur quelques jours pour que tous puissent voter et en présence de scrutateurs afin d’éviter toute manipulation des résultats.

Le gouvernement doit agir rapidement sinon les comportements asociaux auxquels nous assistons vont malheureusement se poursuivent.