/news/politics
Navigation

Les Québécois en faveur des coupes dans les services

Cela ne veut pas dire qu’ils ont confiance au gouvernement pour atteindre le déficit zéro

Philippe Couillard
Photo Le Journal de Québec, Stevens Leblanc Philippe Couillard prévoit à la fois une baisse des services et une hausse des tarifs, dénonce Régine Laurent de la FIQ.

Coup d'oeil sur cet article

La majorité des Québécois sont prêts à couper dans les services et les fonctionnaires pour réduire le déficit de l’État, révèle un sondage Léger marketing publié ce matin.

Ils sont 53 % en faveur des compressions, alors que seuls 23 % préféreraient plutôt augmenter les taxes et les revenus du gouvernement. Les plus démunis devraient même se débrouiller par eux-mêmes plutôt que d’être davantage aidés par l’État, disent 42 % des sondés.

«Cela semble donner raison à la politique d’austérité du gouvernement de Philippe Couilard, qui prétend parler au nom de la majorité silencieuse», constate Jacques Beauchemin, professeur de sociologie politique à l’UQAM.

Mais l’ampleur de ces chiffres l’étonne. «C’est un pilier de la Révolution tranquille qui est en train de vaciller, celui de l’État Providence», dit-il.

Les gens n’aiment pas payer plus cher l’électricité ou les garderies, mais ils deviennent fatalistes, pense le professeur.

«L’idée que cela coûte trop cher et qu’il y a du gaspillage fait son chemin. Et la politique d’austérité accable la classe moyenne. Alors elle se dit “je fais ma part, fais la tienne”.»

Pas de confiance

Cependant, si les Québécois semblent partager l’objectif du déficit zéro avec le gouvernement, cela ne veut pas dire qu’ils ont confiance en lui pour y arriver.

«Il n’y a que 14 % des Québécois qui pensent que le gouvernement va réussir», précise Jean-Marc Léger, président de Léger marketing, citant un sondage de février.

Il faudra voir aussi si les Québécois seront toujours favorables aux coupures quand le budget d’austérité va se concrétiser dans les prochains mois, souligne le président de la Fédération autonome de l’enseignement, Sylvain Mallette.

«Une question n’a pas été posée: quel service voulez-vous voir disparaître? Les résultats auraient été bien différents», croit-il.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) est convaincue que personne ne veut de compressions en santé.

«Personne ne choisit de tomber malade ou d’avoir un enfant handicapé», réagit sa présidente Régine Laurent.

Le sondage a été réalisé par internet du 9 au 12 mars 2015 auprès de 1000 Québécois représentatifs. L’échantillon a été pondéré selon la langue, le sexe, l’âge et la région.


♦ La Vraie Question est aussi diffusée les mercredis au TVA Nouvelles de 22 h

 


Les québécois se disent

  • 20 % De gauche
  • 43 % De centre
  • 11 % De droite
  • 26 % Ne sait pas

Ils veulent aussi

  • 61 % Un respect accru de la loi et l’ordre
  • 37 % (moins: 29 %) Plus de privé dans la santé
  • 46 % (moins: 17 %) Plus d’intervention de l’État dans l’économie

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.