/finance/business
Navigation

Des dizaines de millions perdus

La mine Québec Lithium pourrait coûter cher aux contribuables

Québec Lithium
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

ROUYN-NORANDA | À l’heure où le gouvernement Couillard relance le Plan Nord et alloue une aide de 100 M$ à la mine Canadian Royalties, la mine Québec Lithium, située à La Corne en Abitibi, pourrait faire perdre des dizaines de millions de dollars aux contribuables québécois.

La mine Québec Lithium représente une véritable épine dans le pied de l’industrie minière, elle qui souhaite redorer son image dans la population. La mine a cessé ses opérations en octobre dernier et s’est placée sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers. Elle doit près de 122 M$ à des dizaines d’entreprises et au gouvernement du Québec.

La mine se donne jusqu’à mercredi pour trouver une solution à ses déboires financiers. Sinon, elle pourrait déclarer faillite. Aucun acheteur n’a fait une offre sérieuse pour racheter les actifs de la compagnie. Tous les membres du conseil d’administration ont démissionné le 1er avril, excepté le président Richard P. Clark.

La porte-parole d’Investissement Québec, Chantal Corbeil, a confirmé hier que si aucune solution n’est trouvée, l’organisme gouvernemental devra rembourser 60 M$ à une banque en vertu d’une garantie de prêts qui avait été accordée à Québec Lithium en 2012. «Le sort de l’entreprise nous préoccupe et on suit le dossier de très près. Mais on ne peut pas commenter tant que c’est encore en justice», a indiqué Mme Corbeil.

Investissement Québec avait aussi prêté 5M$ à la mine en 2014, qui avait alors des problèmes de liquidités.

Parc à résidus miniers

Contrairement à ce qu’exige la nouvelle Loi sur les mines, Québec Lithium n’a toujours pas mis un sou de côté pour la restauration de son parc à résidus miniers. Le montant prévu pour le restaurer est de 25,6 M$. En cas de faillite, le gouvernement devrait lui-même procéder aux travaux et payer la facture.

«C’est toujours la même rengaine. Le gouvernement est aveuglé par les trésors promis par les entreprises minières, mais se retrouve trop souvent à payer pour des projets mal ficelés», a indiqué Ugo Lapointe, de Québec Meilleure mine.

Le gouvernement du Québec a actuellement un passif de plus d’un milliard de dollars afin de restaurer des sites miniers abandonnés.

Le ministère des Ressources naturelles espère toujours pouvoir récupérer de l’argent afin de restaurer le site. «On a toujours la volonté que la compagnie se conforme à la loi. Si elle déclare faillite, on va s’inscrire comme créancier. S’il y a un nouvel acheteur, il faudra qu’il se conforme à la loi», a indiqué le porte-parole du Ministère, Nicolas Bégin.