/entertainment/music
Navigation

De vieux classiques réédités en vinyle

Pierre Markotanyos
Photo Courtoisie Pierre Markotanyos, propriétaire de la boutique Aux 33 tours, a lancé la nouvelle étiquette Return to Analog Records, qui vise à ressortir sur vinyle des albums classiques québécois. La première parution ce samedi sera celle du groupe Offenbach, avec l’album Tabarnac.

Coup d'oeil sur cet article

Amateurs de vinyles, vous pourriez bientôt mettre la main sur des albums réédités d’Offenbach ou même des Cowboys Fringants et de Daniel Bélanger. C’est l’objectif de la nouvelle étiquette Return to Analog Records.

Amateurs de vinyles, vous pourriez bientôt mettre la main sur des albums réédités d’Offenbach ou même des Cowboys Fringants et de Daniel Bélanger. C’est l’objectif de la nouvelle étiquette Return to Analog Records.

L’engouement pour le vinyle est loin de s’estomper. Alors que la popularité de l’écoute en continu (streaming) est en train de causer la mort du disque compact, les mélomanes collectionneurs sont loin d’avoir abandonné le 33 tours.

C’est justement dans cette optique que le propriétaire de la boutique Aux 33 tours, sur l’avenue Mont-Royal, Pierre Markotanyos, a décidé de créer l’étiquette Return to Analog Records. La mission principale? Rééditer des classiques québécois qui sont devenus difficiles à trouver avec les années.

À l’occasion du Record Store Day ce samedi, l’étiquette en profitera pour lancer sa première parution: la réédition d’un album d’Offenbach, Tabarnac.

«C’est un album qui est très difficile à trouver en bon état, dit M. Markotanyos. Le groupe n’était pas très connu en 1975 et je ne crois pas qu’il en a vendu beaucoup d’exemplaires.»

Break Syndical en vinyle ?

Dans le courant de l’année, Return to Analog sortira les albums de Vos Voisins, Contraction et Pollen, tous des groupes des années 1970.

Mais pour les prochaines années, Pierre Markotanyos aimerait aussi s’attaquer aux albums des années 1990 et 2000 qui n’ont jamais, ou presque, été lancés en vinyle.

«Un album comme Break Syndical, des Cowboys Fringants, j’adorerais en faire 1000 exemplaires. C’est la même chose avec Pierre Lapointe. Je l’ai approché il y a trois ou quatre ans. Mais c’est compliqué car il faut négocier avec différentes compagnies pour les droits.»

Et pourquoi pas un disque comme Rêver mieux, de Daniel Bélanger?

«Ça fait longtemps que j’essaie de proposer son catalogue, répond-il. Encore là, je ne sais pas si ça va pouvoir se faire. Mais avec les titres que nous sortirons prochainement, Return to Analog Records va gagner en crédibilité.»

Record Store Day

Au moment de notre appel, le propriétaire d’Aux 33 tours était en pleine préparation pour le Record Store Day, qui proposera des vinyles en édition limitée et des prestations gratuites d’artistes.

«L’an dernier, il y avait déjà 150 personnes qui attendaient en ligne quand nous avons ouvert nos portes le matin», dit-il.

Du côté du magasin Beatnick, le propriétaire Nick Catalano mentionne avoir un achalandage dix fois plus élevé qu’à la normale, lors du Record Store Day.

«Ce que je trouve dommage, par contre, c’est que les gens ne reviennent souvent plus le reste de l’année.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.