/news/health
Navigation

Gaétan Barrette souhaite que tous les jeunes médecins aillent en GMF

Gaétan Barrette
Photo Le JOURNAL DE QUÉBEC, SIMON CLARK Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de la Santé souhaite que tous les omnipraticiens qui sortent de l’école se joignent à un Groupe de médecine de famille afin que le Québec soit «quadrillé» de spécialistes en santé.

«On n’obligera pas des médecins qui sont déjà en pratique privée à se joindre à un groupe de médecine familiale, mais on vise à ce que dans le futur, les jeunes médecins se dirigent principalement ou même totalement en GMF», a mentionné le ministre Gaétan Barrette lors d’une conférence tenue à Brossard hier matin.

En ce moment, aucune disposition n’empêche les nouveaux médecins de se tourner vers la pratique privée.

Le ministre compte réglementer de façon beaucoup plus serrée l’installation de GMF afin d’éviter que deux groupes s’installent à proximité, comme le font les pharmacies par exemple.

«Les GMF ouvriront en fonction des besoins de la situation. Il n’y en aura donc pas dans un quartier où il y en a déjà. C’est tout à fait normal que l’on distribue les points de service en fonction de la population», a insisté le ministre.

Gaétan Barrette veut aussi élargir les heures d’ouverture de ses regroupements de spécialistes en santé en élargissant les heures d’ouverture à 7 jours par semaine et 12 h par jour.

Bonne nouvelle

Tous ces changements devraient se faire «dans un avenir rapproché» selon le ministre, ce qui permettra d’avoir un accès à plusieurs spécialistes selon le type de soins requis.

«Ce n’est pas vrai qu’un conseil diététique pour une personne diabétique est mieux donné par un médecin que par une diététiste. Ça mène toujours vers le même objectif, de permettre aux médecins de voir plus de patients», a-t-il ajouté.

La Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ) voit d’ailleurs d’un bon œil l’intégration des jeunes médecins en GMF.

«Le Groupe de médecine de famille est le modèle d’organisation des soins que l’on supporte, et les jeunes médecins se dirigent déjà beaucoup vers ça. On espère seulement que ça n’ira pas jusqu’à l’obligation pour les jeunes médecins et que l’on doive donner un numéro de porte pour ouvrir un GMF», souligne le Dr Louis Godin, président de la FMOQ.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.