/sports/hockey/canadien
Navigation

Quatre en quatre

En faisant l’acquisition de Jeff Petry le 2 mars, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, s’est assuré de solidifier immédiatement sa brigade défensive.
Photo d’archives En faisant l’acquisition de Jeff Petry le 2 mars, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, s’est assuré de solidifier immédiatement sa brigade défensive.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir échangé Jiri Sekac aux Ducks en retour de Devante Smith-Pelly, Marc Bergevin s’est assuré de terminer son magasinage en beauté le 2 mars, soit à la date limite des transactions.

Sa grosse acquisition de la journée a évidemment été Jeff Petry qui est venu immédiatement solidifier sa défensive.

Petry évoluait avec les Oilers lorsque la transaction est survenue et il était très convoité. Marc Bergevin n’a donné que des choix de deuxième et cinquième ronde (qui pourrait devenir un choix de troisième ronde si les Canadiens gagnent deux rondes) pour ce défenseur qui joue de très grosses minutes présentement.

Deux autres transactions ont été conclues par le directeur général du Canadien cette journée-là et si, au départ, on pouvait les qualifier de mineures, elles s’avèrent très payantes aujourd’hui.

VOL

D’abord, Brian Flynn a été échangé contre un choix de cinquième ronde en 2015, ce qui s’avère un vol. On ne parle pas ici d’un joueur qui sera un jour intronisé au Temple de la renommée du hockey, mais son utilité est très importante.

Ce que la direction du Canadien aimait de lui avant de faire son acquisition semble effectivement se concrétiser. Il est intelligent sur la glace et il peut jouer sur un troisième ou quatrième trio comme joueur de centre ou ailier droit.

C’est un joueur qui est reconnu pour faire de gros jeux et on en a eu la preuve dans le premier match de la série face aux Sénateurs, alors qu’il a marqué un but et amassé deux passes.

C’est aussi un joueur qui pourrait jouer en avantage numérique si les besoins se font sentir lors d’un match.

MITCHELL À LA MAISON

Une autre transaction avec les Sabres paye des dividendes présentement et c’est celle de Torrey Mitchell qui a été acquis contre Jack Nevins et un choix de septième ronde en 2016.

Ce joueur de centre originaire de Greenfield Park, sur la Rive-Sud de Montréal, réalise un rêve présentement, celui de jouer devant ses parents et amis. Le CH était à la recherche d’un joueur de centre droitier et Rick Dudley qui est vice-président principal des opérations hockey de l’équipe l’a toujours aimé depuis l’époque où il évoluait avec les Sharks il y a huit ans.

Depuis que Michel Therrien a décidé de le faire jouer avec Brian Flynn et Brandon Prust, il y a dix jours, ce fut un point tournant.

Flynn et Mitchell ont d’ailleurs disputé une vingtaine de rencontres cette saison avec les Sabres (le trio était complété par Brian Gionta) et la chimie sur la glace est évidente. Bref, le Tricolore a finalement un quatrième trio digne de ce nom et sans ces transactions du 2 mars, on se demande bien comment la formation se débrouillerait présentement.

NE JAMAIS TROP PAYER

Marc Bergevin n’a pas hypothéqué l’avenir de son équipe pour s’améliorer cette saison.

Il avait un intérêt pour Antoine Vermette qui évoluait avec les Coyotes, mais il n’était pas question pour lui de donner un choix de première ronde pour ses services comme les Blackhawks l’ont fait (en compagnie du jeune défenseur Klas Dahlbeck), quelques jours avant la date limite des transactions.

Aujourd’hui, Antoine Vermette ne semble même plus faire partie des plans à court terme de l’équipe alors qu’il est laissé de côté.

Il ne faut pas oublier que le joueur de centre sera joueur autonome sans compensation le premier juillet. Les Blackhawks ont aussi acquis le défenseur Kimmo Timonen contre leur choix de deuxième ronde en juin; il ne joue que dix minutes par match. Timonen sera aussi libre comme l’air le 1er juillet.

Chez les Predators, la transaction de Cody Franson et Mike Santorelli (ils évoluaient avec les Maple Leafs) contre un choix de première ronde en 2015, Brendan Leipsic et Olli Jokinen, ne semble pas du tout avoir été ­fructueuse.

On a encore la preuve que ce ne sont pas toujours les grosses transactions à la date limite qui sont les plus payantes à court terme.


AMENDES SÉVÈRES : ÇA DÉPEND POUR QUI

Les séries ont commencé il y a moins d’une semaine, et le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, a envoyé un message à toutes les équipes concernant la politique médiatique lors des matchs. Si un réseau de télévision demande une entrevue avec un entraîneur-chef durant une rencontre et que ce dernier refuse, il devra payer une amende de 25 000 $ et l’équipe 50 000 $. L’amende va d’ailleurs doubler pour une deuxième offense. Pour les joueurs c’est bien différent. Si un joueur refuse de porter un micro pendant qu’il joue, il devra payer une amende de 500 $. Elle doublera à la deuxième offense.

QUE FERA MARTIN BRODEUR ?

Martin Brodeur semble apprécier chaque minute qu’il passe avec la direction des Blues. Le 27 janvier il annonçait sa retraite et depuis il accompagne le directeur général Doug Armstrong dans tous ses déplacements. Au départ, il ne savait pas à quoi s’attendre, mais il avoue qu’il se dit lui-même surpris du plaisir qu’il a présentement. «Je ne pensais pas que j’allais aimer faire du dépistage. J’ai la chance de découvrir les jeunes joueurs de notre organisation et espionner les autres équipes. C’est ce que j’aime faire.» C’est de très bon augure pour la suite des choses, mais Martin Brodeur ne veut pas encore faire de promesses en vue de la prochaine saison.

CLAUDE LOISELLE S’IMPLIQUE

Ancien directeur général adjoint chez les Maple Leafs, Claude Loiselle a parcouru les arénas de la LNH pendant toute la saison, même s’il était officiellement sans emploi. La bonne nouvelle pour lui, c’est que les dirigeants d’équipe Canada lui ont demandé de faire partie du groupe de dépisteurs en vue de la formation de l’équipe qui se rendra au Championnat du monde de hockey qui aura lieu dans quelques semaines à Prague. Il est évident que plusieurs joueurs qui seront éliminés en première ronde vont recevoir des invitations dans les prochains jours et c’est pourquoi il a assisté aux deux premiers matchs entre les ­Sénateurs et le Canadien.