/entertainment/tv
Navigation

Quand les femmes s’en mêlent

Télé-Québec commémore le 75e anniversaire du droit de vote des femmes au Québec avec un documentaire incontournable

75e, elles se souviennent comprend le témoignage de plusieurs femmes de tête, dont Lise Payette et Janette Bertrand.
Photo Agence QMI, Frédéric Auclair 75e, elles se souviennent comprend le témoignage de plusieurs femmes de tête, dont Lise Payette et Janette Bertrand.

Coup d'oeil sur cet article

Difficile de rester de marbre devant une distribution aussi impressionnante. Riche du témoignage d’une quinzaine de pionnières dans leur domaine, 75e, elles se souviennent, un documentaire sur les 75 ans du droit de vote des femmes au Québec, s’avère un incontournable.

Réalisée par Flavie Payette-Renouf, cette émission, qui sera présentée à Télé-Québec lundi soir à 21 h, est dotée d’un casting cinq étoiles réunissant entre autres Janette Bertrand, Lise Payette, Liza Frulla, Thérèse Dion, Pauline Marois, Denise Bombardier et Julie Snyder, qui agit à titre de productrice.

75e, elles se souviennent, c’est 60 minutes de souvenirs, d’anecdotes et d’impressions. De facture classique, le documentaire détaille, en ordre chronologique, les étapes charnières du cheminement des femmes au Québec. Le tout entrecoupé de nombreuses images d’archives.

Le film de Flavie Payette-­Renouf aurait pu ressembler à une banale succession d’extraits d’entrevues. Mais les interventions éclairées des intervenantes empêchent l’émission de tomber dans cette catégorie. On s’est particulièrement délecté des propos colorés et informés de Liza Frulla, Lise Payette et Janette Bertrand. Cette dernière montre son esprit de répartie à plusieurs occasions durant l’heure. Désirant illustrer la situation des femmes avant leur émancipation sexuelle dans les années 1960, la journaliste et auteure lance la phrase suivante: «Les femmes m’écrivaient pour me dire qu’avec leur mari, c’était bing bang, vire de bord pis dors!»

75e, elles se souviennent comprend le témoignage de plusieurs femmes de tête, dont Lise Payette et Janette Bertrand.
Photo Agence QMI, Frédéric Auclair

Le documentaire comprend également quelques moments touchants, notamment quand Lise Payette raconte comment sa mère – âgée de 50 ans – s’est fait avorter dans sa cuisine par un étudiant en médecine. «C’était l’horreur», résume-t-elle.

Non partisan

Pour un documentaire traitant de politique qui rassemble plusieurs têtes fortes associées aux partis québécois et libéral (Payette, Marois, Frulla), 75e, elles se souviennent est étonnamment dénué de discours partisan, chose à laquelle Flavie Payette-­Renouf tenait fermement. «Je voulais souligner les avancées des femmes, peu importe leurs allégeances politiques», indique la cinéaste et petite-fille de Lise Payette, en entrevue au Journal.

Flavie Payette-Renouf mûrissait le projet depuis quelque temps avant de recevoir le feu vert de Télé-Québec en décembre. Fait à mentionner: toutes les entrevues ont été tournées cet hiver sur une période de 10 jours. Réunir autant de femmes sur une période aussi courte relève presque du miracle.

Parmi les rares qui ont dû décliner l’invitation, faute de disponibilité, citons Monique Jérôme-Forget, en vacances au Mexique.

Une télé « accessible »

Entré en poste le 7 avril dernier, le nouveau directeur général des programmes de Télé-Québec, Denis Dubois, souhaite offrir une télévision «accessible». Selon lui, 75e, elles se souviennent respecte bien cette ligne directrice.

«Télé-Québec doit rester une télé intelligente et pertinente, indique le successeur de Dominique Chaloult. Ce documentaire, c’est un bel exemple de télé accessible. Flavie a choisi de laisser parler les gens. Il y a quelque chose de très humain dans sa démarche. Les gens peuvent facilement se retrouver dans son film.»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.