/news/health
Navigation

La crise au CHUM perdure

Jacques Turgeon
Photo d'archives Jacques Turgeon

Coup d'oeil sur cet article

Un mois après la démission puis le retour en fonction du patron du CHUM Jacques Turgeon, la crise perdure et le ministre de la Santé Gaétan Barrette prévient qu'il pourrait intervenir.

La nomination du directeur du département de chirurgie du CHUM demeure le noyeau dur de cette crise. Le ministre Barrette s'est dit en désaccord, ce matin, avec la solution proposée par le directeur Jacques Turgeon, qui consiste à nommer un observateur neutre pour rétablir la confiance dans le processus de sélection.

«J'ai proposé d'avoir un nombre égal d'observateurs externes à ceux qui sont à l'interne, pour que ces gens-là soient forcés, s'il y a égalité, à débattre à l'interne. Il (le directeur) a refusé. La perception que ce n'est pas équitable va persister», entrevoit M. Barrette.

À son avis, la confiance fait lourdement défaut au CHUM et la solution de la direction n'est pas de nature à ramener un climat de confiance. Gaétan Barrette se dit déçu du refus opposé par le direction du CHUM à sa proposition. «J'ai le droit d'être déçu», a-t-il plaidé. Un observateur neutre ne pourrait pas ramener un climat de confiance au CHUM, croit M. Barrette.

«La façon de ramener la confiance c'est ce mettre quelque chose qui est égal. Si ma proprosition avait été retenue, il y aurait eu débat qui aurait donné un résultat à l'abris des critiques», a plaidé le ministre de la Santé.

Gaétan Barrette dit avoir toujours confiance en Jacques Turgeon. «C'est difficile pour lui. Je lui ai fait des suggestions, des conseils, à plusieurs reprises. C'est à lui de prendre ses responsabilités (...) Il y a une dynamique à l'interne, le processus est en cours, mais ça ne peut pas continuer éternellement. Pour le moment on doit laisser les choses aller.»