/news/politics
Navigation

Le maire n’aime pas qu’on parle de sa ville sur internet

facebook poursuite
Nathalie Deraspe Louis Charbonneau, Comité des contribuables.

Coup d'oeil sur cet article

Un maire prend les grands moyens pour faire taire les citoyens qui s’expriment sur internet.

Après la Ville de Granby qui vient d’adopter un règlement interdisant aux citoyens d’insulter les policiers, voilà que le maire de Prévost dans les Laurentides, Germain Richer, a affirmé le 13 avril qu’il pourrait y avoir des conséquences pour les citoyens qui parlent de son administration sur le web.

Dans le passé, il a envoyé des mises en demeure à deux citoyens qui s’étaient exprimés sur la Toile.

Livres comptables

Le président du Comité des contribuables de Prévost, Louis Charbonneau tente d’obtenir les livres comptables de la Ville pour les diffuser sur internet.

L’administration Richer a refusé de lui remettre, prétextant qu’il s’agit de notes personnelles.

En 2012, le Comité avait essuyé un refus à la même demande. Un jugement de la Commission d’accès à l’information rendu en juin 2014 avait pourtant donné raison aux contribuables.

« Désinformation »

Le maire Richer se défend de faire de l’obstruction. «Les gens font de la désinformation, plaide-t-il. On se conforme à la loi. »

Le 21 avril, le notaire Paul Germain a diffusé une affiche sur Facebook qui indiquait : «La liberté d’expression c’est non-négociable! Le maire doit cesser d’insinuer qu’il y aura des conséquences contre les gens qui s’expriment sur le web.»

L’an dernier, M. Germain a reçu une mise en demeure pour avoir incité sur Facebook les citoyens à voter contre un règlement d’emprunt.

En 2012, Louis Charbonneau, président du Comité des contribuables, a diffusé sur internet la liste des comptes payables de la Ville.

En guise de réplique, l’administration Richer a fait parvenir une mise en demeure par huissier à chacun des membres de son comité, les sommant de faire marche arrière. « Mes associés ont pris peur et j’ai obtempéré», a dit M. Charbonneau.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.