/sports/others
Navigation

Vivre pour le sport

L’an dernier, Elizabeth Savard a décroché l’or en solo libre lors du Championnat canadien.
Photo d’archives L’an dernier, Elizabeth Savard a décroché l’or en solo libre lors du Championnat canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Cela fait près de 15 ans qu’Elizabeth Savard pratique la nage synchronisée. Pour la jeune femme de 19 ans, cette discipline représente beaucoup plus qu’un simple sport. En plus d’être une véritable passion qui la pousse à donner le meilleur d’elle-même chaque jour, la nage synchronisée n’est rien de moins que sa raison de vivre. Découvrez le portrait de notre 22e finaliste du programme Bourses d’études jeunes athlètes du Journal de Montréal, Journal de Québec et RBC.

En janvier dernier, Elizabeth a fait le grand saut au sein de l’équipe nationale de nage synchronisée. Pour parvenir à s’y tailler une place, l’athlète originaire de Laval a dû faire preuve de beaucoup de persévérance et de détermination. «La première fois que j’ai participé aux essais afin de me qualifier pour devenir membre de l’équipe, ça n’a pas fonctionné», confie la sportive. Bien que cette grande déception ait sur le coup semé le doute dans son esprit, elle a tout de même décidé de foncer et de tenter à nouveau sa chance. «Je suis quelqu’un de très déterminé. Même si je vis parfois des moments d’hésitation, je finis toujours par aller au bout des choses que j’entreprends», commente fièrement Elizabeth.

Le sport à plein temps

Afin de pratiquer la nage synchronisée de haut calibre, les nageuses doivent être prêtes à consacrer beaucoup de temps à leur discipline. C’est le cas pour Elizabeth, qui s’entraîne plus de 40 heures par semaine, et ce, réparties sur six jours. « Le sport, c’est comme si c’était mon travail», note la jeune femme, qui admet ne plus avoir beaucoup de temps pour vaquer à d’autres occupations. En plus de la pratique des techniques de base et des routines, les entraînements d’Elizabeth comprennent également une partie de musculation et de flexibilité. «Pour perdurer dans ce sport, non seulement faut-il être forte au niveau cardiovasculaire, mais il faut aussi posséder une grande force mentale. Car plus tu t’entraînes à des niveaux supérieurs, plus les entraînements sont longs et exigeants», souligne la nageuse.

L’an dernier, Elizabeth, qui s’illustrait dans les épreuves en solo, adécroché le titre de championne canadienne dans cette même catégorie. Mais depuis qu’elle fait partie de l’équipe nationale, l’athlète prend plutôt part à des épreuves en équipe et en combo, soit un mélange de routines en solo, en duo et en équipe. «En nage synchronisée, le travail d’équipe est primordial. Entre coéquipières, il faut être capable de travailler ensemble et de s’entraider», explique la jeune athlète. C’est d’ailleurs l’une des choses qu’elle se fait un devoir d’enseigner aux fillettes qu’elle entraîne trois soirs par semaine. «J’adore travailler avec les enfants, les voir évoluer et grandir en tant que personnes. En plus de leur donner confiance en elles, le sport leur permet aussi de déve­lopper leur esprit d’équipe», confie-t-elle.

La nage synchronisée, une priorité

Comme la nage synchronisée se situe en première position dans l’échelle des priorités d’Elizabeth, l’école est donc reléguée au second plan pour quelque temps. C’est pour cette raison que l’étudiante en sciences humaines au Collège Montmorency est n’est inscrite qu’à un seul cours cette session. «Lorsque ma carrière en nage synchronisée sera terminée, j’aimerais étudier à l’université en travail social», note Elizabeth. Lorsqu’on lui demande pourquoi elle s’intéresse à cette branche, la jeune femme dresse sans s’en rendre compte un parallèle intéressant entre ce métier et la nage synchronisée. «J’aime beaucoup les contacts humains, le travail avec les autres et l’entraide. Je trouve cela gratifiant», raconte-t-elle. Évidemment, ce parcours atypique prolongera la durée de ses études, mais Elizabeth ne se laisse pas décourager pour autant puisqu’elle vise même un diplô­me de maîtrise universitaire.

Mais avant toute chose, la nageuse souhaite prendre part au prochain Championnat canadien et au Championnat du monde qui se déroulera à Kazan, en Russie, cet été.


Elizabeth Savard

  •  Âge: 19 ans
  •  Sport: Nage synchronisée
  •  Établissement scolaire: Collège Montmorency
  •  Programme: Sciences humaines
  •  Moyenne scolaire: 31,164
  •  Objectifs sportifs: Participer au Championnat canadien et au Championnat du monde à Kazan, en Russie.

3 performances remarquables

2014

Championnat de sélection

Niveau : provincial

Résultat : 1re position

2014

Championnat canadien

Niveau : national

Résultat : 1re position

Octobre 2011

U.S. Open

Niveau : International

Résultat : 4e position


Questions en rafale

Une journée de congé type, ça ressemble à...

Je me lève tard le matin! J’en profite aussi pour cuisiner, faire des activités en plein air, prendre du soleil et me retrouver en famille ou avec mon amoureux.

Un athlète inspirant...

Je dirais que l’équipe avec laquelle je m’entraîne m’inspire chaque jour à devenir meilleure et me pousse continuellement à me dépas­ser.

Un rituel avant une compétition...

Je n’ai pas de rituel, mais, en revanche, j’ai un porte-bonheur. C’est un petit porte-clés représentant Ariel la petite Sirène que j’ai depuis ma première année de nage synchronisée.