/news/currentevents
Navigation

Deux chats victimes d'un tireur à la carabine à plomb

plomb chat
photo Courtoisie Forest a passé trois heures sur la table d'opération pour se faire retirer un plomb, possiblement tiré par un voisin.

Coup d'oeil sur cet article

OTTERBURN PARK | Au moins deux chats en moins de 24 heures ont été victimes d’un ou des tireurs à la carabine à plomb.

Marie-Claude Desrosiers n’en revient toujours pas d’avoir retrouvé son animal agonisant, après qu’un plomb lui eut perforé l’abdomen et le petit intestin.

«J’ai été sous le choc pendant deux jours», a confié Marie-Claude Desrosiers. La semaine dernière, elle a retrouvé Forest, son chat de 8 ans, se tordant de douleur, dans sa litière.

Étant elle-même vétérinaire, elle l’a tout de suite examiné. «Il avait du sang sur l’abdomen et je sentais un plomb, à travers sa peau.»

Mme Desrosiers l’a amené dans une clinique ou des radiographies ont confirmé la présence du plomb. Forest a passé trois heures sur la table d’opération et les vétérinaires ont dû lui retirer plus de la moitié du petit intestin qui était perforé à trois endroits.

Puisque le contenu de ses intestins s’était répandu dans son ventre, la petite bête a dû garder un drain abdominal pendant cinq jours. Mme Desrosiers n’a pas encore reçu la facture, mais elle estime que cette mésaventure lui coûtera quelques milliers de dollars.

Possiblement tiré d’affaire, Forest est rentré à la maison dimanche et il recommence à manger progressivement.

À bout portant

«Comme vétérinaire, j’ai déjà vu des blessures causées par des plombs, mais pour que ça touche les organes internes à ce point, il fallait vraiment que la carabine soit près de mon chat», expose-t-elle.

«Il y a des gens qui n’aiment pas les chats et c’est correct, mais de là à leur faire du mal, c’est autre chose», s’indigne Mme Desrosiers.

Dénonciation sur le web

Il y a quelques jours, la vétérinaire a dénoncé l’agression sur Facebook. «Il faut vraiment être cinglé pour décider de tirer sur un chat», avait-elle écrit.

Mme Desrosiers et son conjoint ont fait le tour du voisinage pour aviser les propriétaires de chats que ceux-ci ne sont pas en sécurité. Un autre propriétaire avait remarqué des blessures similaires, mais moins graves, sur son animal.

Le couple a également logé une plainte à la Régie intermunicipale de police Richelieu Saint-Laurent, qui leur a assuré qu’elle multiplierait les patrouilles.