/sports/fighting
Navigation

Mikael Zewski est affamé

Le Trifluvien affrontera le Russe Konstantin Ponomarev à Las Vegas ce soir

Gala de boxe 21 mai
Photo d'archives Mikael Zewski est bien conscient de l’importance du combat qu’il disputera vendredi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis plusieurs mois, Mikael Zewski réclamait un duel qui lui permettrait de gagner en notoriété sur la scène mondiale. C’est ce qu’une victoire contre le Russe Konstantin Ponomarev pourrait lui apporter, ce soir, à Las Vegas.

Le Québécois (26-0, 20 K.-O.), qui tentera de conserver sa ceinture NABF des mi-moyens, sait qu’il aura un bon test devant lui.

«Ponomarev bouge tout le temps et il est capable de lancer 100 coups par round, a raconté Zewski lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal à son hôtel du Mandalay Bay.

«La clé sera de demeurer calme et de contre-attaquer quand il y aura des ouvertures. Et je crois qu’il y en aura plusieurs, car Ponomarev a certaines lacunes défensives.»

L’objectif du protégé de Top Rank sera de casser le rythme effréné que le Russe tentera d’implanter dès la première cloche.

«Je n’essaierai pas de suivre le sien, mais d’imposer le mien, a souligné Zewski en parlant de celui qui est classé no 14 au WBC. En variant ton intensité durant les rounds, tu peux surprendre autant ton adversaire que les juges.

«Pour ce qui est de la possibilité d’un knock-out, je ne m’attends pas à ce qu’il plie l’échine durant le combat. S’il y a une occasion qui se présente, je vais en profiter.»

Une marche de plus

Zewski est bien conscient de l’importance de ce duel pour la suite de sa carrière.

«C’est le combat qui me permettra d’acquérir de la notoriété au sein de ma division, a expliqué le pugiliste de 26 ans. C’est bien beau la fiche, mais c’est en battant des adversaires comme lui que tu te bâtis une réputation.»

De plus, il espère qu’il pourra faire oublier sa performance contre Jeremy Bryan.

Une victoire par décision majoritaire qui avait été difficile à obtenir, car son adversaire a passé plus de temps à se sauver qu’à combattre.

«Comme dans tous mes duels, j’ai des choses à prouver au public, à mon équipe et à moi-même, a souligné Zewski. Je boxe toujours comme si tout était à l’enjeu.

«Contre Bryan, ça n’a pas été une mauvaise performance, mais elle n’a pas été extraordinaire non plus. C’était dur de se battre contre un gars qui ne voulait pas s’engager.»

Une belle occasion

Zewski se considère privilégié de faire partie des festivités entourant le combat d’envergure entre Floyd Mayweather fils et Manny Pacquiao.

«Je sens que je suis une partie intégrante de cet événement, a-t-il souligné. La majorité des gens qui sont en ville n’ont pas de billets pour samedi.

«Pour ceux qui arriveront dans la journée de vendredi, ils auront l’occasion de voir de la boxe de calibre mondial sans avoir à dépenser l’équivalent d’une hypothèque.

«Pour moi, c’est une grosse fenêtre de visibilité et c’est le bon moment pour bien paraître.»

Zewski (146,8) et Konstantin Ponomarev (146,6) ont respecté la limite de poids, hier, lors de la pesée officielle présentée à l’hôtel The Cosmopolitan de Las Vegas.