/news/currentevents
Navigation

Une famille épinglée pour trafic de cocaïne

Une policière de Laval fouille à l’intérieur d’une Audi R8 qui appartiendrait à la
famille Bigras. La police a perquisitionné 10 maisons et 4 véhicules, jeudi.
Photo Le Journal de Montréal, Sylvain Denis Une policière de Laval fouille à l’intérieur d’une Audi R8 qui appartiendrait à la famille Bigras. La police a perquisitionné 10 maisons et 4 véhicules, jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

La police a épinglé de nouveau la famille Bigras, qu’elle soupçonne d’être à la tête d’un trafic de cocaïne, pour ensuite fouiller ses résidences avec des méthodes dignes de films de Hollywood, jeudi.

Caméras de fibres optiques pour infiltrer les parois et scie de démolition, les policiers n’ont pas lésiné sur les moyens pour inspecter de fond en comble les 10 maisons et 4 véhicules qu’ils ont perquisitionnés à Laval, Mont-Laurier, et Sainte-Agathe-des-Monts, jeudi.

Ils ciblaient un réseau de trafiquants de drogue qui avait des liens avec plusieurs groupes du crime organisé, dont les Hells Angels, selon nos sources.

Au total, huit personnes dans la cinquantaine ont été arrêtées, parmi lesquelles se trouvaient quatre membres de la famille Bigras, bien connue à Laval, d’après ce que Le Journal a appris.

Certains d’entre eux ont un passé judiciaire qui remonte jusque dans les années 1980 en matière de drogue.

Plusieurs d’entre eux ont même fait de la prison dans les dernières décennies. La police les pistait dans ce cas-ci depuis février 2014.

Argent dans les murs ?

Les policiers de Laval ont fait appel à la Police provinciale de l’Ontario pour avoir accès à un appareil spécial permettant de voir à travers les murs. Ils pensaient retrouver de l’argent dans un des logements, selon nos informations.

Que ce soit une caméra pour infiltrer la cloison ou encore un appareil à rayon X, la police n’a pas voulu le préciser. Mais le camion qui a apporté cet équipement était de très gros calibre.

« Ils sont ici depuis des générations. Ils possédaient tous les terrains à l’époque»
– Un voisin proche

En après-midi, les policiers ont même découpé le coffre arrière d’un des véhicules qui se trouvait chez les Bigras avec une scie de démolition. Ils ont ensuite fouillé à l’intérieur des parois et de la carrosserie à l’aide d’une caméra de fibre optique.

Une Audi R8, qui se trouvait également dans le garage, est elle aussi passée au peigne fin. La voiture de luxe vaut environ 140 000 $ sur le marché.

Famille connue

Les perquisitions ont eu lieu sous le regard éberlué des voisins.

«Ils sont ici depuis des générations. Ils possédaient tous les terrains à l’époque», raconte un résident qui leur a d’ailleurs racheté sa maison dans les années 1970.

Il a refusé de s’identifier par peur de représailles comme tous ceux rencontrés par Le Journal.

La maison familiale se trouve encore au coin de la rue. Les Bigras louaient le logement adjacent où se trouvaient les garages perquisitionnés, selon les voisins.

Des résidents avaient remarqué un va-et-vient dans le quartier, mais n’avaient pas pensé que cela impliquait du trafic de drogue.

«Je pensais que c’était des mécaniciens», affirme une voisine stupéfaite.

D’autres se doutaient de ce qui se tramait. «Il y a déjà eu de la police dans le passé ici. C’était louche», a assuré un voisin.