/opinion/columnists
Navigation

Une défaite qui risque de faire mal

NHL: Stanley Cup Playoffs-Tampa Bay Lightning at Montreal Canadiens
Photo USA Today Sports

Coup d'oeil sur cet article

Michel Therrien et ses joueurs ont tous tenu le même genre de discours positif après cette défaite crève-coeur en deuxième période de prolongation.

Oui, le Canadien a bien joué. Oui, il aurait pu gagner ce premier match.

Mais il a trouvé le moyen de le perdre et ça risque de lui faire mal.

Après avoir frappé dans le mille au petit jeu des prédictions en première ronde avec huit gagnants, j'ai décidé de favoriser le Canadien pour l'emporter en sept matchs dans cette série parce que j'ai pris pour acquis qu'il allait profiter de l'aspect fatigue dans le camp du Lightning pour remporter le premier match au Centre Bell.

Le Canadien est sorti fort. Il aurait pu prendre les devants 2 à 0 en première période puisque des tirs de David Desharnais et de Max Pacioretty ont abouti sur le poteau.

Mais la chance a aussi souri au CH lorsque Ben Bishop a fait cadeau d'un but à Pacioretty en troisième période tandis que les officiels ont refusé un but à Nikita Kucherov en prolongation parce qu'il a poussé sur la jambière de Carey Price pour faire pénétrer la rondelle dans le fond de la cage. Le règlement 78,5 a alors été appliqué à la lettre.

Kucherov s'est toutefois repris en deuxième période supplémentaire pour procurer cette victoire de 2 à 1 au Lightning.

Valtteri Filppula a soutiré le disque le long de la rampe à l'inexpérimenté Greg Pateryn pour mettre la table à ce but de l'excellent Kucherov, mal surveillé par Devante Smith-Pelly.

Therrien a souligné après le match qu'un hors-jeu aurait dû être appelé lors de l'entrée du Lightning en zone offensive. Il avait raison d'être frustré. Mais l'erreur est humaine.

«On a tout fait de bien, sauf gagner le match, a résumé P.K. Subban dans le vestiaire. Ce fut l'une de nos meilleures performances de l'année. Si on continue de jouer de la même façon, on va remporter cette série.»

Peut-être. Mais le Canadien a vraiment bousillé trop d'occasions de marquer contre un Bishop qui paraissait nerveux en début de rencontre

Et l'attaque massive continue d'être nulle (0 en 3, rendement de 1 en 23 depuis le début des séries).

Il est vrai, par contre, qu'il y a plusieurs points positifs à retenir dans le camp du Canadien.

Pacioretty a disputé un fort match. Il a enfin retrouvé ses moyens. Les quelques jours de repos ont semblé lui faire grand bien.

On a aussi vu un Brandon Prust à son mieux, lui qui a obtenu de belles chances de marquer tout en distribuant six mises en échec.

Brendan Gallagher a été égal à lui-même avec neuf tirs au but.

Tomas Plekanec en a décoché cinq et il s'est fait voler un but par Bishop lors d'une situation d'infériorité numérique. Il a aussi remporté 19 de ses 29 mises en jeu.

Lars Eller a aussi excellé à ce chapitre avec 17 mises en jeu gagnées en 25 situations.

Le Canadien a dominé à tous les chapitres, soit dans les tirs au but (44 à 35), dans les chances de marquer (il en a obtenu dix de plus que le Lightning), dans les mises en échec (43 à 32), dans les tirs bloqués (34 à 27) et dans les mises en jeu (55 gagnées, 34 perdues).

La défense a tenu en échec le trio de Steven Stamkos.

Mais comme c'est le résultat final qui importe, le Canadien se retrouve déjà dans l'obligation de remporter le second match dimanche soir.

Il devra trouver une façon de battre le Lightning pour la première fois de la saison (fiche de 0-6).

Par ailleurs, ce premier match fut difficile pour quelques joueurs, dont Alex Galchenyuk, coupable de trois pénalités, et Andrei Markov, qui a commis quatre revirements.

Le vétéran défenseur serait-il blessé? Car on ne reconnaît plus le bon vieux Andrei depuis quelques rencontres.