/opinion/columnists
Navigation

Le printemps raté

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant que la Journée mondiale des travailleurs est derrière nous, on peut le dire sans se gêner: les forces progressistes et socialistes québécoises ont complètement raté leur printemps.

Maintenant que la Journée mondiale des travailleurs est derrière nous, on peut le dire sans se gêner: les forces progressistes et socialistes québécoises ont complètement raté leur printemps.

Ceux qui rêvaient de vivre un autre printemps érable bien à eux, ont manqué leur coup.

Vendredi midi à Québec, c’était frappant.

Personne ne change d’idée à cause d’une manif. Surtout quand les manifestants rient des citoyens.

Les syndiqués qui bloquaient le boulevard Laurier près du CHUL avec de gros autobus jaunes se sont comportés comme de parfaits emmerdeurs.

Pensaient-ils vraiment qu’un seul automobiliste pris dans le trafic allait se mettre à réfléchir sérieusement à leurs revendications anti-austérité?

Imaginez la réflexion :

«Avant ce matin, je prenais pour le gouvernement, mais maintenant qu’on m’empêche d’arriver à l’heure à l’hôpital, j’ai réfléchi et je pense que les syndicats ont raison, finalement...»

Personne ne change d’idée à cause d’une manif. Surtout quand les manifestants rient des citoyens.

Ceux qui sont peut-être arrivés en retard à un rendez-vous médical ou au travail vendredi après-midi n’ont certainement pas le goût d’être solidaires...

Avec ce genre de comportements, non seulement on n’aide pas une cause, mais on la tue.

Parlez-en aux syndiqués municipaux qui ont saccagé l’hôtel de ville de Montréal en août dernier. Ils ont «scrapé» leur message et donné la victoire à leurs adversaires Coderre, Labeaume et Moreau dans le dossier des caisses de retraite.

Et que dire de ceux qui ont bloqué le chantier du CHUM tôt vendredi matin? Bloquer le chantier de construction d’un hôpital? Allô?

Écœurement

Le printemps 2015 aura finalement été celui de l’écœurement.

Écœurés des manifs, nous sommes. Écœurés des sauvages masqués qui bloquent l’entrée des cours à l’UQAM, écœurés des paumés qui frappent sur des poubelles pendant les examens de fin de session.

Écœurés aussi des petits bourgeois favorisés du Cégep Garneau qui jouent aux pauvres en faisant du camping devant le campus.

Écœurés des fils de riches qui brandissent le drapeau de l’URSS dans la rue. Écœurés de ceux qui se plaignent le ventre plein.

Bref, écœurés des ignorants.

Un petit tour à Baltimore ou, encore pire, au Népal, pour voir la vraie misère, ça ne vous tenterait pas?

Le Québec est encore extrêmement généreux avec ses employés, ses étudiants, ses artistes, ses sans-emploi. C’est pour cette raison que le printemps 2015 n’a pas «pogné».

Manifester contre «tout» rend le discours incohérent et imbuvable.

Sondage après sondage ce printemps, les Québécois ont continué d’appuyer le gouvernement dans ses décisions économiques.

À l’an prochain

La mauvaise nouvelle, c’est que le Québec vivra d’autres épisodes de perturbations dans les prochaines années.

Jouer à faire la grève, à faire la révolution, ça va toujours exister. Il y aura toujours des ados qui vont trouver ça branché. Chaque génération a la prétention d’avoir toutes les solutions, d’avoir «compris».

Toutes les générations veulent vivre leur «Mai 68».

Et il y a la menace concrète de grève des fonctionnaires pour l’automne.

Le problème, c’est que de nos jours la radicalisation, la violence et les cagoules sont à la mode plus que jamais. C’est le cas partout dans le monde, pas juste au Québec.

La réponse à la radicalisation se trouve dans l’éducation, la compréhension de l’histoire, des sciences, de la politique, de l’économie.

Mais des ignares qui jouent à être l’État islamique, on n’a pas fini d’en voir.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.