/news/politics
Navigation

Sébastien Proulx pourrait renoncer à son indemnité de départ

Élections partielles Véronyque Tremblay et Sébastien Proulx
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

À l’emploi du cabinet du premier ministre jusqu’à tout récemment, le candidat libéral dans Jean-Talon, Sébastien Proulx, pourrait renoncer à l’indemnité de départ à laquelle il a droit, mais seulement s’il est élu.

Quelques semaines après avoir été porté au pouvoir, Philippe Couillard avait embauché M. Proulx en tant que directeur à la planification stratégique au cabinet du premier ministre.

Les règles permettent au personnel de cabinet de toucher une indemnité de départ équivalente à un mois de salaire par six mois travaillés. Au moment de remettre sa démission, le 27 avril dernier, M. Proulx était l’emploi du cabinet depuis environ 11 mois.

Plusieurs milliers de dollars

La prime qu’il pourrait toucher, en incluant un versement pour ses congés non utilisés, pourrait représenter plusieurs milliers de dollars.

Cela n’est pas sans rappeler les généreuses primes que le député libéral démissionnaire de Jean-Talon, Yves Bolduc, a décidé de toucher, notamment en quittant la politique, et ce même s’il a aussitôt repris la pratique de la médecine au privé.

«Le régime qui s’applique à moi n’est pas le régime des députés. On n’est pas soumis aux mêmes règles, on n’est pas dans la même situation», a souligné M. Proulx, lorsque questionné à ce sujet par notre Bureau parlementaire.

«Dans mon cas à moi, a-t-il continué, si ce à quoi j’aurai droit est conforme à mon contrat de travail... C’est un règlement de départ qui est normal.»

«Ce que je peux vous assurer, c’est que dans mon cas, il n’y aura aucune double rémunération, si le verdict populaire fait en sorte que je représente les gens de Jean-Talon», a finalement assuré M. Proulx.

«Je vais prendre une décision éclairée dans la mesure où j’aurai devant moi un portrait (plus complet)», a indiqué le candidat libéral, qui a dit ne pas être encore en possession de tous les détails concernant l’indemnité en question.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.