/sports/football
Navigation

«Je viens de subir un recul»

Les Giants ont fermé la porte à Byron Archambault et à Danny Groulx

SPO-En route pour la Coupe Vanier 2014
Photo d’Archives Byron Archambault n’est pas parvenu à convaincre les Giants de New York.

Coup d'oeil sur cet article

Byron Archambault et Danny Groulx n’ont pas été mis sous contrat par les Giants de New York au terme du mini camp des recrues qui a pris fin, hier.

Invités tout comme 10 autres Canadiens à tenter leur chance, le secondeur des Carabins de l’Université de Montréal et le bloqueur du Rouge et Or de l’Université Laval ont appris la mauvaise nouvelle, samedi soir.

«Parmi les joueurs invités, ils n’ont fait signer de contrat à personne, a mentionné Archambault. C’est décevant. Avaient-ils vraiment besoin de joueurs? Ils ont embauché un secondeur deux jours avant que je reçoive mon invitation. Malgré tout, ce fut une expérience enrichissante et j’ai obtenu la confirmation que je suis prêt physiquement à jouer dans la NFL.»

«J’ai bon espoir d’obtenir une autre chance dans cette ligue, poursuit Archambault. Je vais finir où je dois finir. C’est un recul que je viens de subir, mais je vais me donner à 100 % à l’équipe qui va me repêcher.»

 

Danny Groulx, Bloqueur
Danny Groulx, Bloqueur

Expéditif

Archambault aurait aimé avoir quelques jours de plus pour démontrer son savoir-faire. «Les secondeurs qui sont dans l’entourage de l’équipe depuis un an ont mieux paru que moi lors de la première journée. J’ai été plus lent à gérer le système la première journée et je pense que leur idée était faite dès ce moment. Parce que je tentais de suivre, je n’étais pas aussi fluide. Je n’ai pas été en mesure de montrer toutes mes possibilités la première journée.»

«Samedi, il y a eu une grande amélioration, ajoute Archambault. Je suis monté du groupe 3 au groupe 2. J’ai connu une bonne journée sans commettre d’erreur. Mon coach de position m’a donné des commentaires positifs. Nous avons été évalués sur nos connaissances du cahier de jeux, et la période d’apprentissage a été très courte. Je pensais qu’on serait évalués davantage sur nos habiletés physiques.»

Rivalité disparue

Rouge et Or et Carabins ont uni leurs forces. «Rendu là, la rivalité n’existe plus, a résumé Archambault. En nous voyant, personne n’aurait pu dire que je jouais à Montréal et Danny à Laval. Je suis convaincu qu’il dirait la même chose. Même chose avec Ron Omara (natif de Gatineau). Parce que nous sommes les deux secondeurs les plus costauds, nous sommes en compétition depuis l’équipe canadienne.»


Défi Est-Ouest

Thorpe a bien aimé son expérience

Noel Thorpe a passé la semaine au Défi Est-Ouest où il a prodigué ses conseils aux espoirs de la LCF.

«C’est intéressant d’apprendre à connaître les joueurs dans un cadre plus relax, a raconté le coordonnateur défensif des Alouettes de Montréal. On peut connaître les joueurs un peu mieux. C’est aussi moins intimidant pour les jeunes. Parce que tu te retrouves dans leur environnement, ils sont plus à l’aise de te parler qu’à l’occasion des entrevues qui se déroulent au camp d’évaluation à Toronto en mars.»
 
Thorpe a aussi aimé interagir avec les entraîneurs du réseau universitaire. «On peut partager des idées et des pensées, a mentionné celui qui a été associé aux Carabins de l’Université de Montréal en 2011 et 2012. Les entraîneurs peuvent aussi nous faire connaître leurs joueurs. De notre côté, c’est une façon de faire du développement.»
 
Formule
 
Ami et ancien collègue de Thorpe, l’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia, nous avait mentionné avant le Défi Est-Ouest qu’il verrait d’un bon œil que la LCF prenne le contrôle de l’événement.
 
Thorpe est ambivalent. «Il y a deux formules utilisées et les deux ont des avantages, a-t-il indiqué. Lors du Senior Bowl, les équipes de la NFL envoient des entraîneurs pour diriger les joueurs de la NCAA. Au Canada, les entraîneurs universitaires sont les responsables. Dans les deux cas, le but est de tout mettre en œuvre pour que les joueurs vivent une belle expérience.»

Bourassa veut participer à un camp de la LCF

Guillaume Bourassa garde espoir de participer à un camp d’entraînement de la LCF. Présent à Montréal, mercredi, lors du camp d’agents libres tenu dans le cadre du Défi Est-Ouest, le porteur de ballon dont le parcours universitaire avec le Rouge et Or est terminé a participé à une session d’évaluation, vendredi à Ottawa, sous l’œil des dirigeants du Rouge et Noir.
 
«Tout s’est bien passé, mais il n’y a rien d’acquis, a mentionné Bourassa. Le Rouge et Noir m’a dit avoir aimé ce qu’il a vu, mais veut attendre après le repêchage avant de prendre une décision. C’est ce que je veux le plus: participer à un camp. Sinon je vais me tourner vers le marché du travail.»
 
Bourassa n’était pas seul dans la capitale fédérale. Le centre arrière Dave Savard a lui aussi reçu une invitation du Rouge et Noir. Les deux ont complété leur carrière universitaire l’an dernier avec le Rouge et Or.
 
Libéré par les Lions de la Colombie-Britannique il y a quelques semaines, Bourassa est en pleine forme.