/investigations/police
Navigation

Le ministre de la Justice avait des associés qui prêtaient à la mafia

Deux partenaires d’affaires de l’ancien ministre Irwin Cotler finançaient l’homme de paille du parrain

Irwin Cotler dit qu’il ignorait tout de l’enquête qui s’est intéressée à ses associés, Hyman Bloom et Richard Dubrovsky, pendant son mandat de ministre de la Justice, entamé en décembre 2003.
Photo courtoisie Irwin Cotler dit qu’il ignorait tout de l’enquête qui s’est intéressée à ses associés, Hyman Bloom et Richard Dubrovsky, pendant son mandat de ministre de la Justice, entamé en décembre 2003.

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’il était ministre de la Justice du Canada, Irwin Cotler était aussi l’associé de deux hommes d’affaires impliqués dans de multiples transactions financières avec des prête-noms du parrain Vito Rizzuto, a découvert notre Bureau d’enquête.

Alors qu’il était ministre de la Justice du Canada, Irwin Cotler était aussi l’associé de deux hommes d’affaires impliqués dans de multiples transactions financières avec des prête-noms du parrain Vito Rizzuto, a découvert notre Bureau d’enquête.

La police a même mis les bureaux de ces associés d’Irwin Cotler sur écoute électronique à partir de janvier 2004, à cause de leurs liens financiers allégués avec un gestionnaire des fonds des Rizzuto. L’un d’eux a aussi été pris en filature.

Irwin Cotler était alors numéro un de la justice au Canada. On ignore s’il a pu être écouté par les enquêteurs lors de discussions avec ses associés. Le député dit tout ignorer de cette affaire (voir texte ci-contre).

La surveillance de ses associés a commencé un mois après la nomination du député de Mont-Royal comme ministre de la Justice, un des postes politiques les plus importants au pays. La mafia et le crime organisé figurent parmi les principales cibles du Ministère.

Ces informations ressortent de documents policiers préparés dans le cadre de la vaste opération antimafia Colisée, qui n’ont jamais été rendus publics jusqu’à maintenant.

Bien connus du monde financier

Les deux partenaires en question sont Hyman Bloom et Richard Dubrovsky, deux hommes d’affaires bien connus dans le monde de la finance et de l’immobilier montréalais.

En 1995, Irwin Cotler a fondé la Société de placements Faybess avec la famille Dubrovsky. Il est encore aujourd’hui un important actionnaire de l’entreprise et en a occupé la vice-présidence jusqu’en mai 2004, cinq mois après avoir été nommé ministre de la Justice, selon le Registre des entreprises.

Faybess est dirigée à partir des bureaux de Hy Bloom et Rick Dubrovsky, sur l’avenue de Kent, dans Côte-des-Neiges. La police surveillait cette adresse dans le cadre de Colisée.

Avant la fin de son mandat comme ministre en 2006, Irwin Cotler et sa fiducie ont accru leurs relations avec Bloom et Dubrovsky. Ils sont devenus d’importants actionnaires d’un conglomérat chapeautant leurs entreprises, la Société de placements Ace.

Le député de Mont-Royal détient toujours ces actions aujourd’hui.

Un prête-nom du parrain

Vito Rizzuto
Photo courtoisie
Vito Rizzuto

De 2000 à 2004, Bloom et Dubrovsky se sont impliqués dans une série de transactions financières avec Jonathan Myette, l’homme de paille de Vito Rizzuto dans l’immobilier.

Ce facilitateur du parrain a même signé des documents officiels pour une entreprise nommée Functional Management Corporation, pourtant enregistrée aux noms de Bloom et Dubrovsky, démontrent des documents de cour.

Rien ne permet de dire s’ils connaissaient les liens entre Myette et la mafia.

Selon des informations policières, Nick Rizzuto Jr (le fils de Vito) contrôlait Functional Management par le biais de Myette. L’entreprise a «prêté» jusqu’à 2,4 M$ au facilitateur du parrain de 1999 à 2003, selon des documents déposés à la Cour supérieure.

Un immeuble pour les Rizzuto

Une deuxième entreprise officiellement entre les mains de Hy Bloom s’est elle aussi livrée à des transactions au bénéfice du parrain, selon nos informations policières.

Pour 1,7 M$, sa corporation Starpark America a repris un immeuble de Dorval qui devait devenir le siège social de Multi-Prêts Hypothèques, en 2001. Mais selon la police, la bâtisse a abouti entre les mains de la famille Rizzuto.


Irwin Cotler dit tout ignorer

Irwin Cotler touche des dividendes de son investissement dans les sociétés de placements Ace et Faybess, mais il assure qu’il ignore tout de leurs activités, incluant le financement récent de promoteurs controversés.

«Je suis seulement actionnaire passif, dit l’ancien ministre de la Justice. Je ne sais rien de ce que la compagnie fait.»

Il dit n’avoir jamais eu la moindre information sur de possibles liens financiers entre ses associés et les Rizzuto, ou d’autres membres du crime organisé.

«Je n’ai absolument aucune connaissance d’une quelconque malversation en lien avec les dividendes que je reçois», assure Irwin Cotler. Quant au niveau des revenus qu’il touche grâce à ses parts dans Ace et Faybess, «ce n’est pas de l’information que je souhaite dévoiler à un journaliste», dit le député de Mont-Royal.

Irwin Cotler détient 1/6 des actions d’Ace et 1/3 de celles de Faybess.

Bloom et Dubrovsky

Contacté par notre Bureau d’enquête, Hyman Bloom dit ne pas se souvenir du rôle qu’il a joué dans les transactions de Jonathan Myette, l’homme de paille de Vito Rizzuto.

«S’il y avait de la surveillance policière à mon bureau, je n’étais pas au courant.»

Joint lors d’une réunion, Rick Dubrovsky devait rappeler Le Journal, mais ne l’a pas fait, malgré plusieurs messages laissés dans sa boîte vocale.


Des clients au passé trouble

La filiale de financement "alternatif" de la Société de placements Ace collectionne les clients au parcours tordu, où abondent les acheteurs floués et les liens avec le crime organisé. En voici un échantillon.

Un proche de la mafia et des clients bernés

Irwin Cotler dit qu’il ignorait tout de l’enquête qui s’est intéressée à ses associés, Hyman Bloom et Richard Dubrovsky, pendant son mandat de ministre de la Justice, entamé en décembre 2003.
Photo courtoisie

La Corporation de prêts hypothécaires Ace a prêté près de 5 M$ aux promoteurs du projet Bois des Caryers, dans l’arrondissement de LaSalle à Montréal, où ont été impliqués Ricardo et Tony Magi, deux autres contacts de Nick Rizzuto Jr. Environ 200 familles ont été roulées dans ce projet où les rues n’ont jamais été terminées.

Promoteur délinquant

Irwin Cotler dit qu’il ignorait tout de l’enquête qui s’est intéressée à ses associés, Hyman Bloom et Richard Dubrovsky, pendant son mandat de ministre de la Justice, entamé en décembre 2003.
Photo courtoisie

Les promoteurs Thanh Loan Tran et «Anthony» Thanh Phong Nguyen ont aussi pu compter sur les fonds d’Ace, pour un total de 3,25 M$. Au plus grand dam de leurs clients.

Dans l’arrondissement de Saint-Laurent, les copropriétaires de leur projet Espace Rouge ont dû rembourser eux-mêmes des centaines de milliers de dollars à plusieurs sous-traitants que les promoteurs n’avaient pas payés.

Un autre de leurs projets, dans le Vieux-Montréal, ne verra pas le jour: l’immeuble historique de la rue Saint-Jacques où ils devaient aménager des condos a subi deux incendies suspects avant d’être démoli dernièrement.

Accusé de blanchiment d’argent

Irwin Cotler dit qu’il ignorait tout de l’enquête qui s’est intéressée à ses associés, Hyman Bloom et Richard Dubrovsky, pendant son mandat de ministre de la Justice, entamé en décembre 2003.
Photo courtoisie

Ace a aussi prêté plus de 17 M$ pour le projet YUL, deux tours de condos de 38 étages en vente sur le boulevard René-Lévesque Ouest, dans le centre-ville. Le promoteur, Kheng Ly, a été accusé de blanchiment d’argent pour le compte d’un réseau asiatique de trafic de drogue en 2004. La procureure a abandonné les accusations. Son employé dans le bureau de change qu’il exploitait à l’époque a cependant purgé une peine de 16 mois de prison pour cette affaire.

«Omertà»

Jonathan Myette
Photo courtoisie
Jonathan Myette

En 2004, un vérificateur de Revenu Canada enquêtait sur la provenance des fonds de l’homme de paille de Vito Rizzuto, Jonathan Myette, aujourd’hui décédé après s’être étouffé avec de la nourriture. Le fonctionnaire s’est rendu dans les bureaux de la Société de placements Ace de Hyman Bloom et Richard Dubrovsky. Le comptable d’Ace a ensuite prévenu Jonathan Myette qu’une masse de documents dans ses bureaux laissaient penser qu’il cachait de l’argent à l’impôt, selon nos informations provenant de l’enquête Colisée. Jonathan Myette lui a alors répondu qu’il ne dirait pas d’où venaient les fonds et qu’il croyait en l’«omertà»: la loi du silence dans la mafia.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.