/news/currentevents
Navigation

Un policier coupable d’avoir volé un iPhone d’un manifestant

Il risque la destitution pour avoir volé un iPhone 4S à un manifestant lors du printemps étudiant

Coup d'oeil sur cet article

Coincé par des écoutes électroniques, un policier de Montréal a plaidé coupable ce lundi d’avoir volé un iPhone à ce qu’il appelle un « pauvre idiot de manifestant » lors du printemps étudiant.

« On a bûché, j’ai jamais fessé aussi fort sur (des manifestants), et c’est là que j’ai vu le iPhone 4S », avait dit Amir El Alfy à un ami au printemps 2012.

La voix enjouée et pleine d’enthousiasme, le policier depuis suspendu sans salaire a raconté à cet ami non identifié comment il avait trouvé le téléphone d’un « pauvre idiot de manifestant qui essayait de filmer (les policiers) ».

« Ça me paye la moitié d’un voyage dans le Sud ce téléphone-là », a-t-il dit lors d’une autre conversation où il expliquait son intention de le vendre sur internet.

À sa copine, le policier de 35 ans avait dit que c’était un cellulaire « flambant neuf ».

Importation de Cialis

Le hic, c’est qu’El Elfy était sous écoute par les affaires internes de la police de Montréal, à cause de sa présence au Mexique quand un policier avait été tabassé là-bas pour avoir voulu dénoncer un collègue en compagnie d’un membre du crime organisé.

El Alfy n’a jamais été accusé pour cette affaire, sauf que les autorités avaient découvert le vol du iPhone, et qu’il avait en plus importé illégalement pour sa consommation personnelle 250 comprimés de Cialis et de Viagra, qui sont des médicaments pour les troubles érectiles .

L’accusé, qui cumule 10 ans d’ancienneté à la police de Montréal et qui risque maintenant la destitution, a plaidé coupable aux deux infractions, ce lundi au palais de justice de Montréal. Il est présentement suspendu sans solde de la police, et il travaille chez un concessionnaire automobile.

Comité de discipline

Au cours de l’audience, Me Sylvain Petitclerc de la Couronne s’est vigoureusement opposé à la défense qui a suggéré une absolution inconditionnelle.

« Il s’est repris en main et il a un nouvel emploi », a plaidé Me Dylan Jones.

La Couronne a suggéré une amende pour qu’El Alfy aie un casier criminel afin que «les gens ne se disent pas qu’un policier peut faire n’importe quoi ».

La police de Montréal a souligné que maintenant qu’El Alfy a plaidé coupable, il devra faire face au comité de discipline.


Ce qu’ils ont dit

« On était en train de démolir ces enfoirés »
 
«J’ai vu le cellulaire par terre fait que j’ai sauté dessus, c’était sûrement à un de ces enfoirés qui essayaient de nous filmer.»
 
«Ç’a été une journée payante pour moi!»
 
-Amir El Alfy, lors de conversations captées lors d’écoutes électroniques.
 
« On parle d’un policier en devoir, ce n’est pas rien. Le public va comprendre qu’il risque de perdre son emploi. »
 
-Me Sylvain Petitclerc de la Couronne
 
«Si M. El Alfy est condamné, il risque la destitution sauf s’il est capable de prouver qu’une autre sanction est appropriée.»
 
-Me Dylan Jones de la défense
 
«À première vue, une peine pécuniaire peut paraitre peu importante, mais on comprend que la prochaine étape ce sera (le comité de discipline).»
 
-Le juge Denis Mondor

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.