/sports/hockey/canadien
Navigation

Cinq raisons pour lesquelles le Canadien est éliminé

Montreal Canadiens v Tampa Bay Lightning - Game Six
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans du Canadien sèchent leurs larmes. Du moins, ceux qui croyaient le CH capable d’effectuer une remontée historique dans cette série contre le Lightning. Et ils étaient passablement nombreux.

Il n’y a pas eu de miracle. Les joueurs de Michel Therrien sont tombés à plat mardi soir à Tampa. «La tank était vide», pour reprendre une expression utilisée par l’entraîneur-chef.

Pourtant, les joueurs du Canadien n’étaient-ils pas tout feu tout flamme en retournant en Floride pour y disputer ce sixième match?

Ils se sont inclinés devant une équipe plus talentueuse et plus explosive à l’attaque. C’est aussi simple que ça.

Voici les cinq raisons principales pour lesquelles le Canadien a subi l’élimination en deuxième ronde des séries:

1. Les unités spéciales

Durant toute la saison, on nous casse les oreilles avec l’importance d’obtenir un bon rendement au sein des unités spéciales. Mais c’est encore plus crucial dans les séries.

Ce fut désastreux contre le Lightning puisque le Canadien n’a compté qu’un seul but en 16 situations de supériorité numérique tandis qu’il en a permis sept au Lightning en 20 situations d’avantage numérique. Méchante différence!

On ne retrouve pas, chez le Tricolore, un trio prolifique comme celui formé de Tyler Johnson, d’Ondrej Palat et de Nikita Kucherov. Eux, ils savent quoi faire avec une rondelle.

2. Une attaque anémique

Le Canadien n’a compté que 13 buts en six matchs contre le Lightning, dont seulement cinq lors des quatre défaites qu’il a encaissées.

Il devient pratiquement impossible de se rendre loin dans les séries avec une attaque aussi anémique. Le Tricolore a marqué deux buts ou moins dans 9 de ses 12 rencontres éliminatoires.

Il mise sur quelques bons attaquants comme Max Pacioretty et Brendan Gallagher, mais ils sont mal entourés. Les années passent et le CH ne possède toujours pas de véritable centre numéro 1.

Tomas Plekanec a de nouveau déçu dans les séries. Il a marqué un seul but, soit lors du premier match contre les Sénateurs. En 81 matchs éliminatoires, sa fiche est de 15 buts et de 31 passes pour 46 points, avec un différentiel de -18.

L’autre grande déception a été la tenue d’Alex Galchenyuk, qui n’a réussi qu’un seul but dans les séries, tout comme Lars Eller, David Desharnais et Devante Smith-Pelly.

3. Carey Price n’a pas volé de match

Aussi bon soit-il, Carey Price n’a pas réussi à voler un match dans cette série contre le Lightning. Il était le premier à admettre après l’élimination de l’équipe qu’il aurait aimé effectuer quelques arrêts de plus dans les matchs serrés.

Bien sûr, Price ne possède pas une grande marge de manoeuvre, avec si peu d’appui de la part de l’attaque.

La fiche à vie de Price dans les séries se lit maintenant comme suit: 23 victoires, 27 défaites, une moyenne de buts alloués de 2,62 et un pourcentage d’arrêts de ,912.

Price remportera fort probablement les trophées Hart et Vézina cette année. Il est étiqueté comme étant le meilleur gardien de but sur la planète, mais on ne peut pas l’élever au rang d’un Patrick Roy, qui a gagné deux fois la coupe Stanley à Montréal et deux fois le trophée Conn Smythe.

4. Le Canadien n’aurait jamais dû perdre le premier match

Les joueurs du Lightning s’étaient amenés à Montréal après avoir disputé une éreintante série de sept matchs contre les Red Wings. Ils avaient joué deux jours plus tôt à Tampa lorsque la deuxième ronde s’est amorcée au Centre Bell le vendredi 1er mai.

On s’attendait à ce que les joueurs du Canadien tirent profit de la situation, eux qui avaient bénéficié d’un repos de quelques jours.

Ce ne fut pas le cas. Même s’ils ont dominé le jeu et qu’ils ont vu quelques tirs aboutir sur le poteau, le Canadien a trouvé le moyen de perdre ce match 2 à 1 en deuxième période de prolongation. Cette défaite a fait très mal.

5. Des revirements coûteux

Il y a de ces mauvais jeux qui coulent une équipe dans une série aussi serrée. Tomas Plekanec est reconnu comme étant l’un des meilleurs attaquants défensifs dans la LNH mais il a gaffé dans les derniers instants du troisième match, ce qui a mené au but victorieux de Tyler Johnson avec une seconde à jouer.

Puis, Plekanec a commis un revirement sur le premier but du Lightning réussi par Nikita Kucherov mardi. Le numéro 14 n’est pas le seul vétéran à avoir commis des revirements. Andrei Markov a lui aussi connu des séries difficiles.