/sports/hockey/canadien
Navigation

Demers se porte à la défense de Therrien

Michel Therrien
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier Michel Therrien

Coup d'oeil sur cet article

Jacques Demers s’est porté à la défense de Michel Therrien après l’élimination du Canadien.

«Je trouve qu’il est injustement la cible de critiques, a confié l’ancien entraîneur. Michel a su instaurer un bon système de jeu, mais il n’a pas la chance de miser sur une solide attaque, comme j’en avais une lors de la conquête de la coupe Stanley en 1993.

«Si Serge Savard n’avait pas conclu des transactions pour aller chercher Vincent Damphousse et Brian Bellows, nous n’aurions jamais remporté la coupe, même avec un joueur étoile comme Patrick Roy devant le filet», a expliqué Demers.

«Patrick pouvait se permettre d’accorder deux buts parce qu’il savait que ses coéquipiers en marqueraient un de plus», a ajouté l’analyste à RDS.

«Tout ne reposait pas sur ses épaules, contrairement à ce que vit Carey Price. Ce dernier fait de son mieux pour garder son équipe dans le match. Il ne peut cependant pas marquer de buts.»

22 ans déjà

Demers n’est pas heureux d’être le dernier entraîneur du Canadien à avoir soulevé la coupe Stanley.

«Ça fait 22 ans déjà, a-t-il rappelé. Les joueurs m’ont fait un immense cadeau en 1993 et je souhaite de tout cœur de voir le Canadien remporter un jour une 25e coupe Stanley avec Michel Therrien derrière le banc.

«Je crois que Marc Bergevin fait du bon travail comme directeur général, a continué Demers. Il est sur la bonne voie.

«Il se doit toutefois de dénicher une couple de marqueurs pour mieux entourer Max Pacioretty et Brendan Gallagher, tout en espérant qu’Alex Galchenyuk finira par débloquer.»