/news/education
Navigation

Les futurs policiers devront être plus en forme

École nationale de police de Nicolet
Photo d'archives L’École nationale de police de Nicolet veut rendre l’intensité du test physique d’admission équivalente à ce qui est demandé dans le programme.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Le test physique pour entrer à l’École nationale de police est jugé très facile et il sera modifié pour respecter de nouvelles exigences.

Pas moins de 96,4 % des candidats réussissent actuellement le test d’aptitudes physiques (TAP), qui est une des conditions d’admission principales au sein de l’école de police. Cela pourrait toutefois changer, car l’école a entamé la semaine dernière une refonte de cet examen.

«Ce qu’on veut avoir, c’est un test d’aptitudes physiques qui exige la même intensité physique que le programme de formation», mentionne la chercheure Annie Côté.

Normalement, le nouveau test sera mis en place au cours de l’année scolaire 2016-2017.

Pas besoin d’être un athlète

Le triathlète Jimmy Sévigny a entraîné des aspirants policiers en vue du test d’admission de l’école de police. Il est d’avis que la réussite est accessible à pas mal tout le monde, moyennant un temps de préparation et un poids santé.

«Une personne qui s’entraîne de façon correcte va le réussir haut la main. Ce n’est pas un gros test d’endurance. Tu exploses pendant 8-10 minutes.» Il souligne le fait que les composantes du circuit sont connues à l’avance, ce qui facilite le travail.

Par ailleurs, il se questionne sur la pertinence d’un tel test d’entrée si par la suite, les policiers n’ont plus de comptes à rendre. «Ce que je déplore le plus, c’est qu’il n’y a pas de tests annuels à passer. Il y a des policiers qui se laissent aller.»

Le plus difficile

Jimmy Sévigny pointe toutefois deux épreuves qui sont plus difficiles et où les femmes se trouvent désavantagées. Le premier est le muret de 6 pieds par-dessus lequel il faut passer plusieurs fois dans le circuit chronométré.

La station du poids de 70 livres à tirer ou à pousser sur quatre rotations de 180 degrés est également plus ardue. «Quand ça demande de la force brute, c’est plus difficile pour les femmes.»

Trop facile la natation

D’ailleurs, les étudiants inscrits pour la prochaine année scolaire n’auront plus à passer le test de natation. Auparavant, ils devaient franchir 10 longueurs de 25 mètres, dont une longueur en tirant une victime. «Les gens passaient cette condition d’admission facilement. Au fond, ce test ne servait plus à rien, car tout le monde le passait», explique la conseillère aux communications, Andrée Doré.

 


Les tests actuels

  • Courir six paliers et demi en augmentant la vitesse, sur un aller-retour de 20 mètres (test navette)
  • Franchir cinq boucles d’un parcours à obstacle dans un temps égal ou inférieur à 392 secondes
  • Test de force (70 livres à tirer ou à pousser) sur un axe rotatif
  • Transport sécuritaire d’un mannequin de 144 livres sur une distance de 20 mètres
  • Réussir l’ABC de la réanimation cardiorespiratoire
 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.