/news
Navigation

Deux fois plus de diètes religieuses

Les repas casher et halal pour les détenus ont coûté près de 400 000 $ en 2014-15

Dossier special Abattoir Halal
Photo d'archives ​En moyenne, le prix d’un repas en prison coûte 2 $ à l’État. Le prix unitaire d’un repas fait de produits casher s’élève à 5,25 $ et à 3,31 $ pour un repas de produits halal.

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de repas halal préparés pour les détenus musulmans incarcérés dans les prisons québécoises continue d’augmenter, allant même jusqu’à doubler depuis quatre ans.

Offertes aux détenus de confession musulmane ou juive, les diètes religieuses disponibles dans les 18 centres de détention du Québec sont de plus en plus commandées. Alors que 57 901 repas halal et casher avaient été servis en 2010-11, ce nombre a plus que doublé pour atteindre 114 350 diètes en 2014-15.

Une hausse essentiellement due à l’augmentation du nombre de repas halal commandé. En deux ans, les diètes musulmanes ont ainsi fait un bond de 17 %. À l’inverse, le nombre de repas casher préparés demeure stable autour de 10 000 annuellement.

Moins cher l’unité

Si le coût unitaire moyen pour le repas des prisonniers réguliers est d’environ 2 $, les repas congelés préparés selon un code culinaire religieux sont plus chers. Les repas casher coûtent 5,25 $ l’unité et l’État québécois paye 3,31 $ pour un repas halal.

Les diètes religieuses vont donc coûter près de 400 000 $ en 2014-15, comparativement à 273 872 $ en 2010-11. Toutefois, les établissements ont réussi à diminuer le coût unitaire des repas depuis deux ans, ce qui rétablit quelque peu l’équilibre avec la hausse de la demande.

Depuis 2012-13, le repas casher est ainsi passé de 5,75 $ à 5,25 $ l’unité, alors que le prix du repas halal a diminué de 13 cents pour s’établir à 3,31 $.

Confession par opportunisme

Sans vouloir brimer les gens de confession musulmane qui souhaitent manger halal, le critique caquiste en matière de sécurité publique, Marc Picard, souhaite «plus de rigueur» de la part des autorités. Il croit donc que certains criminels se convertissent par opportunisme pour profiter des diètes religieuses.

«Ces repas sont un peu plus santé, de meilleure qualité et des portions un peu plus généreuses», indique-t-il en rappelant que les repas halal sont près de deux fois et demie plus coûteux que les repas réguliers.

«J’ai une crainte que des prisonniers se convertissent à cette religion une fois en prison», déplore le député des Chutes-de-la-chaudière. «Quand je vois des chiffres comme ça, je pense toujours à nos personnes âgées qui ont des repas à 2 $ dans les CHSLD alors que les prisonniers ont des repas aux montants plus élevés.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.